L'appétit du groupe Thomas & Piron, leader sur le marché de la construction et de la promotion immobilière au sud du pays, n'a pas vraiment faibli ces derniers mois. Il vient d'ailleurs de dévoiler ses ambitions pour le marché flamand et de boucler le rachat - à très bon prix - des groupes de construction BAM Galère et BAM Lux. Soit 650 personnes et 220 millions d'euros à ajouter aux 2.400 collaborateurs et 629 millions de chiffres d'affaires. "Nous avons seulement été prudents en matière d'acquisition de terrains ou d'immeubles car les prix étaient démesurés ces derniers temps. Alors que les incertitudes en matière de délivrance de permis et l'augmentation du prix des matériaux sont des facteurs qui ont été intégrés dans nos process. Certains délais ont été allongés."

Un climat positif que ne devrait pas entraver la réforme fiscale qui s'annonce. "Sur le plan énergétique, je la vois d'un très bon oeil. Tant comme citoyen que comme entrepreneur. Le bâti est vieillissant. Il ne sera bientôt plus possible de vendre des maisons ou des appartements qui possèdent de mauvaises performances énergétiques. Ces mesures vont booster nos activités en matière de rénovation. Et même le marché neuf s'en verra avantagé car certains acquéreurs souhaiteront un logement optimal sur le plan énergétique."

Sur le plan de la fiscalité immobilière, Edouard Herinckx n'est pas non plus davantage inquiet. "La Belgique est l'un des derniers pays à ne pas voir ses loyers taxés. Cette situation est donc normale. D'autant qu'il devrait y avoir un équilibre entre la hausse des taxes d'un côté et la déductibilité de l'autre. De plus, les investisseurs qui possèdent cinq ou six biens sont vite considérés comme des professionnels et peuvent se constituer en société. L'impact sera par contre plus important pour les petits investisseurs. Ma seule interrogation concerne les éventuelles pertes de revenus locatifs: comment les bailleurs vont-ils l'intégrer dans leur feuille d'impôts?" Et le patron de Thomas & Piron, fort de ses contacts politiques, d'assurer que ces propositions sont encore loin d'avoir une unanimité gouvernementale...

L'appétit du groupe Thomas & Piron, leader sur le marché de la construction et de la promotion immobilière au sud du pays, n'a pas vraiment faibli ces derniers mois. Il vient d'ailleurs de dévoiler ses ambitions pour le marché flamand et de boucler le rachat - à très bon prix - des groupes de construction BAM Galère et BAM Lux. Soit 650 personnes et 220 millions d'euros à ajouter aux 2.400 collaborateurs et 629 millions de chiffres d'affaires. "Nous avons seulement été prudents en matière d'acquisition de terrains ou d'immeubles car les prix étaient démesurés ces derniers temps. Alors que les incertitudes en matière de délivrance de permis et l'augmentation du prix des matériaux sont des facteurs qui ont été intégrés dans nos process. Certains délais ont été allongés."Un climat positif que ne devrait pas entraver la réforme fiscale qui s'annonce. "Sur le plan énergétique, je la vois d'un très bon oeil. Tant comme citoyen que comme entrepreneur. Le bâti est vieillissant. Il ne sera bientôt plus possible de vendre des maisons ou des appartements qui possèdent de mauvaises performances énergétiques. Ces mesures vont booster nos activités en matière de rénovation. Et même le marché neuf s'en verra avantagé car certains acquéreurs souhaiteront un logement optimal sur le plan énergétique."Sur le plan de la fiscalité immobilière, Edouard Herinckx n'est pas non plus davantage inquiet. "La Belgique est l'un des derniers pays à ne pas voir ses loyers taxés. Cette situation est donc normale. D'autant qu'il devrait y avoir un équilibre entre la hausse des taxes d'un côté et la déductibilité de l'autre. De plus, les investisseurs qui possèdent cinq ou six biens sont vite considérés comme des professionnels et peuvent se constituer en société. L'impact sera par contre plus important pour les petits investisseurs. Ma seule interrogation concerne les éventuelles pertes de revenus locatifs: comment les bailleurs vont-ils l'intégrer dans leur feuille d'impôts?" Et le patron de Thomas & Piron, fort de ses contacts politiques, d'assurer que ces propositions sont encore loin d'avoir une unanimité gouvernementale...