Nous vous en parlions dans le cadre de notre dossier Retour au bureau. Un certain nombre d'entreprises semblaient désireuses de connaître le taux de vaccination globale de leurs salariés, histoire de savoir où elles en sont et de pouvoir prendre, le cas échéant, des mesures complémentaires.

L'enjeu était aussi de pouvoir rassurer leurs propres employés et d'éviter d'éventuelles inquiétudes à venir au bureau ou des suspicions émanant de collègues. Selon la task force vaccination, un outil qui fournirait de telles données serait en cours de réalisation. Il croiserait les données de l'ONSS avec celles de Vaccinet, la base de données sur le statut vaccinal. Il devrait être prêt pour la fin du mois et ne concernerait que les entreprises de plus de 50 personnes afin d'éviter les déductions sur qui serait vacciné ou pas.

Ces données seront évidemment anonymisées et uniquement accessibles à la médecine du travail via les services externes de prévention et de protection au travail. Des mesures plus ciblées pourront alors être prises par l'intermédiaire des Comités pour la prévention et la protection au travail (CPTT) au sein des entreprises.

Nous vous en parlions dans le cadre de notre dossier Retour au bureau. Un certain nombre d'entreprises semblaient désireuses de connaître le taux de vaccination globale de leurs salariés, histoire de savoir où elles en sont et de pouvoir prendre, le cas échéant, des mesures complémentaires. L'enjeu était aussi de pouvoir rassurer leurs propres employés et d'éviter d'éventuelles inquiétudes à venir au bureau ou des suspicions émanant de collègues. Selon la task force vaccination, un outil qui fournirait de telles données serait en cours de réalisation. Il croiserait les données de l'ONSS avec celles de Vaccinet, la base de données sur le statut vaccinal. Il devrait être prêt pour la fin du mois et ne concernerait que les entreprises de plus de 50 personnes afin d'éviter les déductions sur qui serait vacciné ou pas. Ces données seront évidemment anonymisées et uniquement accessibles à la médecine du travail via les services externes de prévention et de protection au travail. Des mesures plus ciblées pourront alors être prises par l'intermédiaire des Comités pour la prévention et la protection au travail (CPTT) au sein des entreprises.