"Comme la demande globale changeante sur les marchés européens et principalement en Italie se poursuit, la compagnie aérienne est contrainte d'étendre les mesures et de réduire encore son offre de vols", explique Brussels Airlines dans une nouvelle mise à jour. Outre les 30% de fréquences déjà annulés sur les vols à destination et en provenance de Milan Linate, Milan Malpensa, Venise, Rome, Bologne et Turin entre le 2 et le 28 mars, la compagnie aérienne belge réduit davantage son offre de vols à destination et en provenance d'Italie ainsi que vers plusieurs autres destinations européennes entre le 8 et le 28 mars.

Au total, la compagnie aérienne réduit son offre de vols en Europe de 23%, soit une vingtaine de vols par jour en moyenne. Les passagers dont le vol est annulé sont contactés et réservés sur d'autres vols ou peuvent choisir de se faire rembourser intégralement s'ils ne souhaitent plus voyager. Contacté, Brussels Airlines précise avoir introduit lundi une demande auprès de l'Office national de l'Emploi (Onem) pour pouvoir recourir à du chômage économique, tant pour son personnel de bord qu'au sol.

"Comme la demande globale changeante sur les marchés européens et principalement en Italie se poursuit, la compagnie aérienne est contrainte d'étendre les mesures et de réduire encore son offre de vols", explique Brussels Airlines dans une nouvelle mise à jour. Outre les 30% de fréquences déjà annulés sur les vols à destination et en provenance de Milan Linate, Milan Malpensa, Venise, Rome, Bologne et Turin entre le 2 et le 28 mars, la compagnie aérienne belge réduit davantage son offre de vols à destination et en provenance d'Italie ainsi que vers plusieurs autres destinations européennes entre le 8 et le 28 mars. Au total, la compagnie aérienne réduit son offre de vols en Europe de 23%, soit une vingtaine de vols par jour en moyenne. Les passagers dont le vol est annulé sont contactés et réservés sur d'autres vols ou peuvent choisir de se faire rembourser intégralement s'ils ne souhaitent plus voyager. Contacté, Brussels Airlines précise avoir introduit lundi une demande auprès de l'Office national de l'Emploi (Onem) pour pouvoir recourir à du chômage économique, tant pour son personnel de bord qu'au sol.