"La situation qui résulte du Covid-19 est presque sans précédent", a souligné le directeur général de l'Iata Alexandre de Juniac, dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion à Singapour.

"En un peu plus de deux mois, les perspectives du secteur dans la plupart des régions du monde se sont radicalement assombries", a-t-il observé.

L'Iata a estimé les pertes de chiffre d'affaires des compagnies aériennes pour le transport de passagers dans une fourchette allant de 63 milliards de dollars -- si la propagation du virus est contenue -- jusqu'à 113 milliards si le coronavirus continue à se répandre. Cette estimation ne prend pas en compte les pertes du transport de fret.

Le scénario le plus critique représente une baisse de 19% des revenus mondiaux du transport aérien de passagers.

Du point de vue financier, cela serait "équivalent" à ce qu'a subi le secteur au cours de la dernière crise financière mondiale, note l'organisation.

Le 20 février, l'Iata avait publié une première estimation de 29,3 milliards de dollars de pertes de revenus dans un scénario où l'impact était limité aux marchés associés à la Chine. Mais le virus a atteint depuis plus de 80 pays.

L'épidémie a porté un coup fatal à la compagnie aérienne britannique Flybe qui avait réussi à échapper à la faillite plusieurs fois récemment. Elle a annoncé jeudi avoir cessé ses activités.

"Tous les avions sont cloués au sol et l'activité au Royaume-Uni a cessé avec effet immédiat", a dit Flybe, appelant ses clients à ne pas se rendre à l'aéroport, dans l'impossibilité de leur trouver un vol alternatif.

Pour sa part, la compagnie norvégienne à bas coûts Norwegian Air Shuttle a retiré jeudi ses prévisions pour l'année en cours, en raison de l'impact du nouveau coronavirus. Après trois années de pertes, elle avait dit espérer revenir dans le vert en 2020.

Mercredi, la compagnie aérienne allemande Lufthansa avait indiqué qu'elle allait immobiliser 150 de ses appareils en raison de la baisse de trafic aérien générée par l'épidémie de nouveau coronavirus, et la britannique Virgin Atlantic avait annoncé de nouveaux reports de vols entre autres mesures pour traverser cette crise.

Plus de 95.000 personnes dans le monde ont été contaminées par le nouveau coronavirus et 3.200 ont succombé.

Les réservations aériennes vers l'Europe s'effondrent de 79%

Les réservations aériennes à destination de l'Europe, en provenance des continents américains, asiatiques et africains, se sont effondrées de 79% lors de la dernière semaine de février en raison de l'épidémie de coronavirus, indique jeudi la société spécialisée Forwardkeys.

"L'accélération" de la propagation "du Covid-19 en Italie au cours de la dernière semaine de février a déclenché une vague d'annulations pour l'Italie et un effondrement au niveau des nouvelles réservations vers l'Europe en provenance" des Amériques, de l'Asie Pacifique et de la zone Afrique/Moyen-orient, résume dans un communiqué la société, qui analyse chaque jour plus de 17 millions de réservations dans le monde, ainsi que 7 millions de recherches pour des vols.

"La chute des réservations vers l'Italie est même pire que ce que nous avons pu observer dans le passé en cas d'événements déstabilisants comme les attaques terroristes", commente Olivier Ponti, vice-président de Forwardkeys.

Pour lui, "le comportement au niveau des réservations semble disproportionné, avec des pays d'Europe, autres que l'Italie, touchés par des baisses substantielles" de projets de déplacements.

Entre le 25 janvier - date de suspension par la Chine des voyages organisés à l'étranger - et le 22 février, les réservations aériennes vers l'Europe en provenance des autres continents avaient dans un premier temps baissé de 23,7%.

Mais au cours de la dernière semaine de février, "la situation a considérablement empiré" et l'impact sur les déplacements "n'a pas été réduit à l'Italie: la totalité des nouvelles réservations pour des vols vers l'Europe a chuté de 79%", indique Forwardkeys.

L'Italie a même vu le nombre d'annulations dépasser le nombre de nouvelles réservations au cours de la dernière semaine de février. Concernant la France, les réservations aériennes sont en chute de 71%, précise Forwardkeys.

"La situation qui résulte du Covid-19 est presque sans précédent", a souligné le directeur général de l'Iata Alexandre de Juniac, dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion à Singapour. "En un peu plus de deux mois, les perspectives du secteur dans la plupart des régions du monde se sont radicalement assombries", a-t-il observé.L'Iata a estimé les pertes de chiffre d'affaires des compagnies aériennes pour le transport de passagers dans une fourchette allant de 63 milliards de dollars -- si la propagation du virus est contenue -- jusqu'à 113 milliards si le coronavirus continue à se répandre. Cette estimation ne prend pas en compte les pertes du transport de fret.Le scénario le plus critique représente une baisse de 19% des revenus mondiaux du transport aérien de passagers.Du point de vue financier, cela serait "équivalent" à ce qu'a subi le secteur au cours de la dernière crise financière mondiale, note l'organisation. Le 20 février, l'Iata avait publié une première estimation de 29,3 milliards de dollars de pertes de revenus dans un scénario où l'impact était limité aux marchés associés à la Chine. Mais le virus a atteint depuis plus de 80 pays.L'épidémie a porté un coup fatal à la compagnie aérienne britannique Flybe qui avait réussi à échapper à la faillite plusieurs fois récemment. Elle a annoncé jeudi avoir cessé ses activités."Tous les avions sont cloués au sol et l'activité au Royaume-Uni a cessé avec effet immédiat", a dit Flybe, appelant ses clients à ne pas se rendre à l'aéroport, dans l'impossibilité de leur trouver un vol alternatif.Pour sa part, la compagnie norvégienne à bas coûts Norwegian Air Shuttle a retiré jeudi ses prévisions pour l'année en cours, en raison de l'impact du nouveau coronavirus. Après trois années de pertes, elle avait dit espérer revenir dans le vert en 2020.Mercredi, la compagnie aérienne allemande Lufthansa avait indiqué qu'elle allait immobiliser 150 de ses appareils en raison de la baisse de trafic aérien générée par l'épidémie de nouveau coronavirus, et la britannique Virgin Atlantic avait annoncé de nouveaux reports de vols entre autres mesures pour traverser cette crise.Plus de 95.000 personnes dans le monde ont été contaminées par le nouveau coronavirus et 3.200 ont succombé.