Après avoir annoncé des résultats très négatifs pour 2020, de -293 millions d'euros, Brussels Airlines se montre plus optimiste pour 2021. L'année sera difficile, mais la compagnie espère doubler son trafic par rapport à 2020, et arriver à une offre de 55% par rapport à celle de l'avant covid, en 2019. Avec une pointe à 70% durant l'été.

En 2020, le volume de passagers se situait à 23% de celui de 2019, soit 2,362 millions de passagers en 2020 vs 10,3 millions en 2019.

La compagnie espère donc dépasser les 5 millions de passagers. Elle mise sur les effets de la campagne de vaccination et de testing. "Il y a de la lumière au bout du tunnel" résume Peter Gerber, le nouveau CEO de Brussels Airlines.

Le coup de pouce de l'Afrique

Ces 55% sont plus élevés que la prévision générale affichée par le groupe Lufthansa, qui parle, pour 2021, d'une fourchette de 40% à 50% de l'offre (par rapport à 2019). "Les vols africains devraient contribuer à augmenter nos activités" dit Edi Wolfensberger, chief operation officer de Brussels Airlines. Ils forment l'activité la plus importante de la compagnie actuellement, avec 40% du niveau d'avant covid, contre moins de 10% pour les vols européens Europe.

Encore une tranche de 100 millions du prêt fédéral disponible

Brussels Airlines indique qu'elle ne devrait pas solliciter une nouvelle aide auprès du gouvernement fédéral. Elle avait obtenu un prêt de 290 millions d'euros. "Notre situation est stable sur le plan du cash" indique Nina Öwerdieck, CFO de Brussels Airlines. "Nous n'avons pas encore utilisé la totalité du montant du prêt du gouvernement, nous avons encore une tranche de 100 millions d'euros que nous pouvons encore activer, et prévoyons de l'utiliser cette année."

Rentabilité prévue en 2023

La deuxième vague de la pandémie a fait reculer les prévisions de rentabilité. L'objectif de 8% de marge EBIT (bénéfice avant taxes et intérêts) est reportée de 2023 à 2024. Ce point d'équilibre est prévu pour 2022, avec un premier vrai bénéfice en 2023. Tel est le résultat espéré du plan Reboot Plus, signé l'été dernier, qui réduit l'effectif de la compagnie de 20% et la flotte de 25%.

Après avoir annoncé des résultats très négatifs pour 2020, de -293 millions d'euros, Brussels Airlines se montre plus optimiste pour 2021. L'année sera difficile, mais la compagnie espère doubler son trafic par rapport à 2020, et arriver à une offre de 55% par rapport à celle de l'avant covid, en 2019. Avec une pointe à 70% durant l'été.En 2020, le volume de passagers se situait à 23% de celui de 2019, soit 2,362 millions de passagers en 2020 vs 10,3 millions en 2019.La compagnie espère donc dépasser les 5 millions de passagers. Elle mise sur les effets de la campagne de vaccination et de testing. "Il y a de la lumière au bout du tunnel" résume Peter Gerber, le nouveau CEO de Brussels Airlines.Le coup de pouce de l'AfriqueCes 55% sont plus élevés que la prévision générale affichée par le groupe Lufthansa, qui parle, pour 2021, d'une fourchette de 40% à 50% de l'offre (par rapport à 2019). "Les vols africains devraient contribuer à augmenter nos activités" dit Edi Wolfensberger, chief operation officer de Brussels Airlines. Ils forment l'activité la plus importante de la compagnie actuellement, avec 40% du niveau d'avant covid, contre moins de 10% pour les vols européens Europe.Encore une tranche de 100 millions du prêt fédéral disponibleBrussels Airlines indique qu'elle ne devrait pas solliciter une nouvelle aide auprès du gouvernement fédéral. Elle avait obtenu un prêt de 290 millions d'euros. "Notre situation est stable sur le plan du cash" indique Nina Öwerdieck, CFO de Brussels Airlines. "Nous n'avons pas encore utilisé la totalité du montant du prêt du gouvernement, nous avons encore une tranche de 100 millions d'euros que nous pouvons encore activer, et prévoyons de l'utiliser cette année."Rentabilité prévue en 2023La deuxième vague de la pandémie a fait reculer les prévisions de rentabilité. L'objectif de 8% de marge EBIT (bénéfice avant taxes et intérêts) est reportée de 2023 à 2024. Ce point d'équilibre est prévu pour 2022, avec un premier vrai bénéfice en 2023. Tel est le résultat espéré du plan Reboot Plus, signé l'été dernier, qui réduit l'effectif de la compagnie de 20% et la flotte de 25%.