Depuis la mi-juin 2021, l'entreprise, spécialisée dans la mobilité partagée, a déployé 1.100 trottinettes électriques partagées sur l'ensemble du territoire de la Région bruxelloise. Un premier pas sur le marché belge, mais les suivants étaient déjà planifiés car Bolt avait annoncé que trois à cinq villes belges devraient suivre l'exemple de Bruxelles d'ici la fin de l'été 2021.

Il faut dire que Bolt possède déjà un certain savoir-faire dans ce domaine en étant présent, dans plus de 100 villes européennes, avec ses trottinettes vertes, rechargées à 100% à l'énergie verte et dont les matériaux sont 100% recyclables.

Deux mois plus tard, Bolt annonçait avoir effectué une nouvelle levée de fonds de 600 millions d'euros, qui la valorisait alors à plus de quatre milliards d'euros. Une levée de fonds effectuée auprès de nouveaux investisseurs américains, les fonds Sequoia, Tekne et Ghisallo, mais également auprès d'investisseurs déjà présents à son capital, les fonds américains G Squared, D1 Capital et le Britannique Naya. "Bolt est en train de redéfinir le transport urbain dans une grande partie du monde", a souligné Andrew Reed, partenaire chez Sequoia à cette occasion. Le fondateur de Bolt Markus Villig "est un fondateur passionné qui a construit une entreprise remarquable sur le plan opérationnel, couvrant l'Europe et l'Afrique, et une culture axée sur la mission qui constitue le fondement d'une entreprise durable".

LVC et taxis traditionnels

Les services avec chauffeurs de Bolt seront donc disponibles dès mercredi sur les 19 communes et dans la périphérie flamande de la capitale (y compris l'aéroport), mais pas encore à ce stade dans le Brabant wallon.

Laurent Pantusa, Country Manager Ride Hailing chez Bolt, explique pourquoi Bolt lance ce service à Bruxelles : "Nous opérons déjà de la sorte en Allemagne et en Espagne et la cohabitation fonctionne bien". Et d'ajouter "Bolt apporte au marché une solution qui offre une valeur ajoutée aux passagers et aux conducteurs. Nous observons le marché bruxellois depuis un certain temps déjà, et nous souhaitons combiner nos connaissances locales avec notre expérience internationale. Nous attendons ce lancement avec confiance."

Selon lui, Bolt envisageait de venir sur Bruxelles depuis deux ans mais avait finalement décidé de choisir d'autres villes. La législation en vigueur chez nous était un des nombreux critères qui avaient pesé dans cette décision, précise-t-il. Depuis qu'une ordonnance temporaire, dite "sparadrap", a été mise en application à Bruxelles, la donne semble avoir changé pour Bolt, qui a donc jugé que le moment était opportun. La compagnie va proposer à la fois aux chauffeurs LVC (location de voitures avec chauffeur) et aux taxis traditionnels de travailler avec elle.

(avec Belga)

Depuis la mi-juin 2021, l'entreprise, spécialisée dans la mobilité partagée, a déployé 1.100 trottinettes électriques partagées sur l'ensemble du territoire de la Région bruxelloise. Un premier pas sur le marché belge, mais les suivants étaient déjà planifiés car Bolt avait annoncé que trois à cinq villes belges devraient suivre l'exemple de Bruxelles d'ici la fin de l'été 2021. Il faut dire que Bolt possède déjà un certain savoir-faire dans ce domaine en étant présent, dans plus de 100 villes européennes, avec ses trottinettes vertes, rechargées à 100% à l'énergie verte et dont les matériaux sont 100% recyclables.Deux mois plus tard, Bolt annonçait avoir effectué une nouvelle levée de fonds de 600 millions d'euros, qui la valorisait alors à plus de quatre milliards d'euros. Une levée de fonds effectuée auprès de nouveaux investisseurs américains, les fonds Sequoia, Tekne et Ghisallo, mais également auprès d'investisseurs déjà présents à son capital, les fonds américains G Squared, D1 Capital et le Britannique Naya. "Bolt est en train de redéfinir le transport urbain dans une grande partie du monde", a souligné Andrew Reed, partenaire chez Sequoia à cette occasion. Le fondateur de Bolt Markus Villig "est un fondateur passionné qui a construit une entreprise remarquable sur le plan opérationnel, couvrant l'Europe et l'Afrique, et une culture axée sur la mission qui constitue le fondement d'une entreprise durable".LVC et taxis traditionnelsLes services avec chauffeurs de Bolt seront donc disponibles dès mercredi sur les 19 communes et dans la périphérie flamande de la capitale (y compris l'aéroport), mais pas encore à ce stade dans le Brabant wallon. Laurent Pantusa, Country Manager Ride Hailing chez Bolt, explique pourquoi Bolt lance ce service à Bruxelles : "Nous opérons déjà de la sorte en Allemagne et en Espagne et la cohabitation fonctionne bien". Et d'ajouter "Bolt apporte au marché une solution qui offre une valeur ajoutée aux passagers et aux conducteurs. Nous observons le marché bruxellois depuis un certain temps déjà, et nous souhaitons combiner nos connaissances locales avec notre expérience internationale. Nous attendons ce lancement avec confiance."Selon lui, Bolt envisageait de venir sur Bruxelles depuis deux ans mais avait finalement décidé de choisir d'autres villes. La législation en vigueur chez nous était un des nombreux critères qui avaient pesé dans cette décision, précise-t-il. Depuis qu'une ordonnance temporaire, dite "sparadrap", a été mise en application à Bruxelles, la donne semble avoir changé pour Bolt, qui a donc jugé que le moment était opportun. La compagnie va proposer à la fois aux chauffeurs LVC (location de voitures avec chauffeur) et aux taxis traditionnels de travailler avec elle. (avec Belga)