Quelle forme pourrait prendre un nouveau confinement? Certaines décisions pourraient être similaires à celle d'avril-mars, notamment en ce qui concerne les commerces non essentiels.

Lors de la première vague, seuls les commerces essentiels étaient ainsi restés ouverts: l'alimentaire et les supermarchés. Est-il envisageable que l'on repasse par une fermeture de tous les autres commerces "non essentiels"? Le débat est sur la table et le secteur du commerce en est conscient, même s'il trouverait ça injuste. "S'il faut reconfiner, mieux vaut que ce soit maintenant, sinon on sacrifiera la période juste avant les fêtes de fin d'année qui est ultra-importante pour le commerce", déclare au Soir Olivier Maüer, porte-parole du Syndicat neutre pour indépendants (SNI). La perdre serait une catastrophe. Mieux vaut donc le moindre des maux comme 15 jours de reconfinement, jusqu'à la fin des congés de Toussaint. On serait alors plus relax pour les fêtes."

Même son de cloche du côté d'Eric Dor, dans notre récente interview. Pour le professeur en économie, il est crucial de sauver le mois de décembre, période la plus importante au niveau du chiffre d'affaires pour les commerces et l'horeca.

"Les commerces de détail hors alimentation ont déjà subi des pertes énormes, il est absolument nécessaire de leur permettre de travailler normalement en décembre, comme les restaurants. En période normale, le chiffre d'affaires de la restauration au quatrième trimestre est supérieur de 25% à celui du premier trimestre. Il serait donc dévastateur pour l'économie du pays de laisser la situation se dégrader au point que la Belgique soit obligée de décréter tardivement un nouveau confinement généralisé qui s'étendrait alors sur le mois de décembre ", explique-t-il.

Quelle forme pourrait prendre un nouveau confinement? Certaines décisions pourraient être similaires à celle d'avril-mars, notamment en ce qui concerne les commerces non essentiels. Lors de la première vague, seuls les commerces essentiels étaient ainsi restés ouverts: l'alimentaire et les supermarchés. Est-il envisageable que l'on repasse par une fermeture de tous les autres commerces "non essentiels"? Le débat est sur la table et le secteur du commerce en est conscient, même s'il trouverait ça injuste. "S'il faut reconfiner, mieux vaut que ce soit maintenant, sinon on sacrifiera la période juste avant les fêtes de fin d'année qui est ultra-importante pour le commerce", déclare au Soir Olivier Maüer, porte-parole du Syndicat neutre pour indépendants (SNI). La perdre serait une catastrophe. Mieux vaut donc le moindre des maux comme 15 jours de reconfinement, jusqu'à la fin des congés de Toussaint. On serait alors plus relax pour les fêtes." Même son de cloche du côté d'Eric Dor, dans notre récente interview. Pour le professeur en économie, il est crucial de sauver le mois de décembre, période la plus importante au niveau du chiffre d'affaires pour les commerces et l'horeca. "Les commerces de détail hors alimentation ont déjà subi des pertes énormes, il est absolument nécessaire de leur permettre de travailler normalement en décembre, comme les restaurants. En période normale, le chiffre d'affaires de la restauration au quatrième trimestre est supérieur de 25% à celui du premier trimestre. Il serait donc dévastateur pour l'économie du pays de laisser la situation se dégrader au point que la Belgique soit obligée de décréter tardivement un nouveau confinement généralisé qui s'étendrait alors sur le mois de décembre ", explique-t-il.