Depuis le début du confinement, on voit les scènes de panique dans les grands magasins se multiplier. Que ce soit pour des denrées non périssables ou du papier toilette (mais pourquoi, au fait?), et d'aucuns n'hésitent pas à comparer cette prise d'assaut à une situation de guerre... alors même que la Première ministre Sophie Wilmès et Comeos ne cessent de répéter que les stocks sont suffisants, et qu'il n'y aura pas de pénurie si on continue à s'approvisionner de manière raisonnable.

Un réflexe naturel semble de se réfugier vers les sites de vente en ligne, et donc forcément de l'incontournable Amazon. Sauf que l'entreprise de Jeff Bezos est à son tour débordée, et qu'elle exerce des pressions "inacceptables" sur ses salariés en les privant de salaire s'ils refusent de venir travailler à cause de l'épidémie de coronavirus, comme l'a estimé jeudi le ministre français de l'Économie, relayé par l'AFP. "Ces pressions sont inacceptables et nous le ferons savoir à Amazon", a déclaré Bruno Le Maire au micro de France Inter, alors que des salariés du groupe ont fait valoir un droit de retrait pour "danger grave et imminent" en raison des conditions sanitaires dans lesquelles ils travaillent.

En France toujours, les commerçants vendant des produits "non essentiels", auxquels on a demandé de fermer leurs portes, commencent à se plaindre de cette concurrence estimée déloyale. "Afin d'éviter la destruction supplémentaire des commerces de proximité dont l'absence se fait cruellement sentir aujourd'hui, merci d'interdire à Amazon la vente de ces produits "non essentiels". Profitez-en pour imposer et contrôler le respect par Amazon des mesures de protection de ses salariés!", demande ainsi une pétition en ligne initiée par l'écrivain Thierry Ternisien d'Ouville.

Produits de première nécessité

Que ce soit suite aux différentes pressions, ou pour des raisons économiques, Amazon a donc décidé de refuser temporairement de stocker certains articles dans ses entrepôts, "pour faire face à la demande écrasante de produits de première nécessité pour les ménages en raison de la pandémie de coronavirus", annonce la BBC. Ces mesures sont prévues au moins jusqu'au 5 avril et seront appliquées pour les entrepôts américains et européens.

Concrètement, ce sont surtout les vendeurs tiers d'articles non essentiels qui pourraient avoir des difficultés à expédier leurs commandes. "Mes ventes viennent de doubler et Amazon a arrêté toutes mes expéditions", explique l'un d'entre eux sur Reddit. Ces vendeurs pourront toujours référencer et vendre des articles, mais ils devront se charger eux-mêmes d'emballer et d'expédier leurs produits. Typiquement, Amazon a également mis en pause son réapprovisionnement en CD, vinyles et autre matériel musical, comme le souligne Pitchfork.

"Nous donnons temporairement la priorité aux produits ménagers de base, aux fournitures médicales et aux autres produits très demandés qui arrivent dans nos centres de traitement afin de pouvoir recevoir, réapprovisionner et livrer ces produits aux clients plus rapidement, a déclaré Amazon à la BBC. Nous comprenons qu'il s'agit d'un changement pour nos partenaires de vente et nous apprécions leur compréhension."

En outre, Bpost a annoncé ce matin qu'il suspendait temporairement l'envoi de colis et de lettres hors Europe.

Depuis le début du confinement, on voit les scènes de panique dans les grands magasins se multiplier. Que ce soit pour des denrées non périssables ou du papier toilette (mais pourquoi, au fait?), et d'aucuns n'hésitent pas à comparer cette prise d'assaut à une situation de guerre... alors même que la Première ministre Sophie Wilmès et Comeos ne cessent de répéter que les stocks sont suffisants, et qu'il n'y aura pas de pénurie si on continue à s'approvisionner de manière raisonnable. Un réflexe naturel semble de se réfugier vers les sites de vente en ligne, et donc forcément de l'incontournable Amazon. Sauf que l'entreprise de Jeff Bezos est à son tour débordée, et qu'elle exerce des pressions "inacceptables" sur ses salariés en les privant de salaire s'ils refusent de venir travailler à cause de l'épidémie de coronavirus, comme l'a estimé jeudi le ministre français de l'Économie, relayé par l'AFP. "Ces pressions sont inacceptables et nous le ferons savoir à Amazon", a déclaré Bruno Le Maire au micro de France Inter, alors que des salariés du groupe ont fait valoir un droit de retrait pour "danger grave et imminent" en raison des conditions sanitaires dans lesquelles ils travaillent.En France toujours, les commerçants vendant des produits "non essentiels", auxquels on a demandé de fermer leurs portes, commencent à se plaindre de cette concurrence estimée déloyale. "Afin d'éviter la destruction supplémentaire des commerces de proximité dont l'absence se fait cruellement sentir aujourd'hui, merci d'interdire à Amazon la vente de ces produits "non essentiels". Profitez-en pour imposer et contrôler le respect par Amazon des mesures de protection de ses salariés!", demande ainsi une pétition en ligne initiée par l'écrivain Thierry Ternisien d'Ouville.Que ce soit suite aux différentes pressions, ou pour des raisons économiques, Amazon a donc décidé de refuser temporairement de stocker certains articles dans ses entrepôts, "pour faire face à la demande écrasante de produits de première nécessité pour les ménages en raison de la pandémie de coronavirus", annonce la BBC. Ces mesures sont prévues au moins jusqu'au 5 avril et seront appliquées pour les entrepôts américains et européens.Concrètement, ce sont surtout les vendeurs tiers d'articles non essentiels qui pourraient avoir des difficultés à expédier leurs commandes. "Mes ventes viennent de doubler et Amazon a arrêté toutes mes expéditions", explique l'un d'entre eux sur Reddit. Ces vendeurs pourront toujours référencer et vendre des articles, mais ils devront se charger eux-mêmes d'emballer et d'expédier leurs produits. Typiquement, Amazon a également mis en pause son réapprovisionnement en CD, vinyles et autre matériel musical, comme le souligne Pitchfork."Nous donnons temporairement la priorité aux produits ménagers de base, aux fournitures médicales et aux autres produits très demandés qui arrivent dans nos centres de traitement afin de pouvoir recevoir, réapprovisionner et livrer ces produits aux clients plus rapidement, a déclaré Amazon à la BBC. Nous comprenons qu'il s'agit d'un changement pour nos partenaires de vente et nous apprécions leur compréhension."En outre, Bpost a annoncé ce matin qu'il suspendait temporairement l'envoi de colis et de lettres hors Europe.