ALDI ouvre un nouveau magasin compact à Ixelles. C'est son 23e dans la Région de Bruxelles-Capitale. "Ce magasin s'inscrit dans la lignée de ce que nous faisons depuis quelque temps", déclare Michèle Belleflamme qui gère ALDI Real Estate, la société dans laquelle ALDI a transféré ses biens immobiliers belges il y a deux ans. "Avec une surface de vente d'un peu moins de 600 mètres carrés, c'est notre premier magasin compact en Belgique."
...

ALDI ouvre un nouveau magasin compact à Ixelles. C'est son 23e dans la Région de Bruxelles-Capitale. "Ce magasin s'inscrit dans la lignée de ce que nous faisons depuis quelque temps", déclare Michèle Belleflamme qui gère ALDI Real Estate, la société dans laquelle ALDI a transféré ses biens immobiliers belges il y a deux ans. "Avec une surface de vente d'un peu moins de 600 mètres carrés, c'est notre premier magasin compact en Belgique.""S'il est compact, ce n'est pas un cityconcept", souligne-t-elle. "Nous proposons la même gamme que dans nos magasins ALDI classiques, soit les 1 600 articles, alimentaires et non alimentaires. Seulement maintenant, nous le faisons sur 600 à 800 mètres carrés, alors qu'autrement nous avons une moyenne de 1 050 mètres carrés. Pour un supermarché de ville avec une offre spécifique, il faut repenser trop de choses, notamment le processus de distribution. Ce n'est pas à l'ordre du jour pour le moment." Pour une chaîne de magasins discount, ce choix semble assez logique. Ceux qui travaillent avec une gamme limitée pour un large public à des prix bas évitent tout ce qui fait augmenter les coûts.ALDI veille à ce que l'aspect et la convivialité de son magasin compact soient exactement les mêmes que ceux de ses magasins standard. Vous trouverez donc également les palettes et les étagères typiques de ses magasins dans la nouvelle boutique. Il y a seulement quelques étagères supplémentaires ici et là pour présenter la gamme complète. Les charrettes de supermarché sont elles aussi plus petites et plus étroites, les files d'attente aux caisses plus courtes. Ce n'est pas un problème, car, si un client vient plus souvent en ville, il achète moins d'articles.Les congélateurs muraux verticaux constituent une autre différence notable. En utilisant ces congélateurs muraux et non ses congélateurs classiques en bacs, ALDI gagne 30 % d'espace. Le rayon frais, le plus rentable pour un supermarché, conserve sa surface fixe. Comme les magasins sont plus compacts, le pourcentage d'espace de vente consacré aux produits frais est plus élevé. Surtout en ce moment, cela a toute son importance. Le rayon frais étant l'arme principale dans la guerre des prix. Et avec l'inflation élevée, elle l'est encore plus que jamais.Le fait qu'ALDI à Bruxelles s'oriente désormais vers des magasins plus petits est dû à l'offre limitée d'espaces commerciaux appropriés et à une vision qui a évolué. "Par le passé, le manque de place pour un grand parking nous empêchait de nous implanter dans certains quartiers", explique Michèle Belleflamme." Pendant trop longtemps, nous nous sommes braqués sur quelque chose qui n'est pas vraiment nécessaire."Des recherches menées en 2019 par BISA, l'Institut bruxellois de la statistique et de l'analyse, montrent que 52 % des ménages bruxellois ne possèdent pas de voiture. Dans certains quartiers du sud, de l'est et du sud-est de la région, cette proportion est même supérieure à deux tiers. Et c'est précisément dans cette zone qu'ALDI a le moins de magasins et donc le plus grand potentiel de croissance."À Woluwe-Saint-Pierre, Auderghem, Ixelles et Uccle, nous sommes moins présents. Nous voyons également encore des opportunités à Anderlecht et Schaerbeek. Nous disposons désormais d'un outil permettant de calculer le besoin en places de stationnement. Dans certains endroits, il est proche de zéro, car ils sont bien desservis par les transports publics. Notre nouveau magasin d'Ixelles dispose d'un arrêt de bus et de tramway à proximité. La gare d'Etterbeek n'est également pas loin."ALDI est également plus flexible dans la forme de ses magasins. "Un rectangle n'est plus une exigence", explique Belleflamme. "Une entrée plus étroite ou un mur en biais sont autant de choses auxquelles on est aujourd'hui capable de s'adapter. Mais avant de se lancer, il est nécessaire d'y réfléchir en amont avec les collègues de la vente et de la logistique. Dans notre nouveau magasin d'Ixelles, l'espace de stockage est ainsi réparti sur deux étages : une partie du stock se trouve au sous-sol où il y a également dix places de parking, une autre partie se trouve au rez-de-chaussée à côté de l'espace de vente. Le personnel va devoir garder une vue d'ensemble sur deux niveaux. Il s'agit de s'adapter et de penser de manière créative.""Un exercice qu'on a aussi dû faire lorsqu'on s'est tourné vers des projets de développement à usage mixte", explique le directeur général d'ALDI Real Estate. Elle fait référence aux 150 appartements pour étudiants situés au-dessus du nouveau magasin d'Ixelles. Ceux-ci ne sont pas détenus par ALDI, mais par un promoteur immobilier. Alors que ces projets à usage mixte étaient plutôt nouveaux il y a cinq ans, ils sont aujourd'hui parfaitement normaux. On demande de plus en plus aux supermarchés de s'intégrer dans l'environnement urbain et de répondre aux besoins locaux. Il peut s'agir d'appartements sociaux, de bureaux, d'écoles, d'espaces verts, par exemple. "À Bruxelles, c'est certainement le cas. On doit pouvoir se montrer ouvert à de tels projets. C'est aussi notre rôle social."ALDI consacre 35 millions à son expansion à Bruxelles et dans la banlieue. Elle prévoit ainsi de financer huit projets, tant pour des magasins standards que pour des magasins compacts. Ceux-ci représenteront 60 nouveaux emplois. Les prochaines sont prévues à Braine-l'Alleud (2023), Grimbergen (2023), Schaerbeek (2024) et Uccle (2024). "Et d'autres dossiers sont encore à l'étude dans la région de Bruxelles", précise Belleflamme. "D'après notre analyse, c'est là que nous avons le plus de potentiel. La population de cette région continue de croître et il y a peu de risques qu'un magasin ALDI fasse concurrence à un autre." Elle n'exclut pas la possibilité d'ouvrir des magasins compacts ailleurs. "Si l'opportunité se présente dans des zones à forte densité de population où la voiture joue un rôle moins important, nous l'étudierons certainement. Pensez par exemple à Anvers et à Liège, ou, plus tard, peut-être aussi à Gand et à Charleroi."Ces magasins pourraient-ils également devenir des magasins sans cash ? En juillet, ALDI Nord (qui comprend ALDI Belgique) a ouvert un magasin sans personnel à Utrecht. Un tel concept pourrait rendre les heures d'ouverture plus flexibles. Les chaînes de supermarchés possédant des magasins, dont ALDI, ont des coûts de personnel trop élevés pour les ouvrir le dimanche, par exemple. Surtout dans une ville comme Bruxelles, cela semble un handicap. D'autant plus que Colruyt a annoncé l'ouverture d'autres magasins Okay Direct sans personnel cet été. "Utrecht est un projet pilote. Pour l'instant, nous n'avons aucun projet de magasins sans personnel en Belgique", précise cependant Michèle Belleflamme.