La secrétaire d'État à la protection des consommateurs, Eva De Bleeker (Open VLD), rappelle que les personnes ayant acheté des billets pour un vol Ryanair, annulé à cause de la grève du personnel de cabine des 22, 23 et 24 avril, ont droit à un nouveau billet sur autre vol, à un remboursement et encore à une compensation.

Selon Eva De Bleeker, la grève ne peut être considérée comme un cas de force majeure pour Ryanair, ainsi les consommateurs, pour lesquels aucun vol de remplacement n'est prévu, ont droit à un remboursement et à une compensation allant de 250 à 600 euros, en fonction de la distance du vol. Ceux qui arriveront à leur destination finale avec un retard de plus de trois heures ont également droit à une indemnisation.

La Secrétaire d'Etat invite donc les consommateurs à contacter Ryanair à cet effet et à déposer une plainte auprès du Service public fédéral Mobilité et Transports si la compagnie aérienne refuse de rembourser ou de verser une compensation. Toute personne ayant réservé un voyage à forfait peut contacter l'organisateur de ce voyage, dans la plupart des cas il s'agit de l'agence de voyage dans laquelle la réservation a été faite.

Pourquoi cette grève

La semaine dernière, les syndicats chrétiens francophone CNE et flamand ACV Puls ont annoncé que le personnel navigant de Ryanair, opérant depuis les aéroports de Zaventem et de Charleroi, cessera le travail vendredi 22 avril, jusqu'à dimanche 24 avril. Selon les syndicats, le transporteur aérien emploie environ 650 personnes en Belgique, dont quelque 400 stewards et hôtesses, mais n'y dispose pas d'un département RH. Depuis trois ans, "Ryanair reconnaît qu'elle est soumise à la législation belge mais refuse d'investir dans une politique du personnel. Les fiches de salaire sont erronées, les salaires ne sont pas payés correctement, les documents sociaux ne sont pas en ordre, etc. Cela crée une source permanente de problèmes pour le personnel en Belgique", dénonce Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE.

"Certains membres du personnel qui ne sont plus autorisés à prendre l'avion, en raison d'une grossesse par exemple, sont sans salaire/avantages sociaux depuis des mois", illustre son homologue flamand Hans Elsen, de l'ACV Puls. "Ryanair n'a aucun respect pour le bien-être de son personnel. Il est honteux qu'une si grande entreprise continue à s'en tirer en ignorant les droits fondamentaux des travailleurs en Belgique." "Tous les jours, tout le temps, le personnel nous rapporte des infractions de la part de Ryanair qui ne respecte pas les règles. Cela épuise le personnel", renchérit encore Didier Lebbe, qui assure que tous les moyens de négociation ont été utilisés.

Mme De Bleeker souhaite que les consommateurs puissent, à l'avenir, plus facilement demander une compensation pour les vols annulés. À cette fin, elle travaille depuis un certain temps à la mise en place d'un guichet unique où tous les consommateurs pourront se rendre pour poser des questions et présenter des plaintes. Ce guichet devrait être actif au début de l'année 2023.

La secrétaire d'État à la protection des consommateurs, Eva De Bleeker (Open VLD), rappelle que les personnes ayant acheté des billets pour un vol Ryanair, annulé à cause de la grève du personnel de cabine des 22, 23 et 24 avril, ont droit à un nouveau billet sur autre vol, à un remboursement et encore à une compensation. Selon Eva De Bleeker, la grève ne peut être considérée comme un cas de force majeure pour Ryanair, ainsi les consommateurs, pour lesquels aucun vol de remplacement n'est prévu, ont droit à un remboursement et à une compensation allant de 250 à 600 euros, en fonction de la distance du vol. Ceux qui arriveront à leur destination finale avec un retard de plus de trois heures ont également droit à une indemnisation.La Secrétaire d'Etat invite donc les consommateurs à contacter Ryanair à cet effet et à déposer une plainte auprès du Service public fédéral Mobilité et Transports si la compagnie aérienne refuse de rembourser ou de verser une compensation. Toute personne ayant réservé un voyage à forfait peut contacter l'organisateur de ce voyage, dans la plupart des cas il s'agit de l'agence de voyage dans laquelle la réservation a été faite.Pourquoi cette grèveLa semaine dernière, les syndicats chrétiens francophone CNE et flamand ACV Puls ont annoncé que le personnel navigant de Ryanair, opérant depuis les aéroports de Zaventem et de Charleroi, cessera le travail vendredi 22 avril, jusqu'à dimanche 24 avril. Selon les syndicats, le transporteur aérien emploie environ 650 personnes en Belgique, dont quelque 400 stewards et hôtesses, mais n'y dispose pas d'un département RH. Depuis trois ans, "Ryanair reconnaît qu'elle est soumise à la législation belge mais refuse d'investir dans une politique du personnel. Les fiches de salaire sont erronées, les salaires ne sont pas payés correctement, les documents sociaux ne sont pas en ordre, etc. Cela crée une source permanente de problèmes pour le personnel en Belgique", dénonce Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. "Certains membres du personnel qui ne sont plus autorisés à prendre l'avion, en raison d'une grossesse par exemple, sont sans salaire/avantages sociaux depuis des mois", illustre son homologue flamand Hans Elsen, de l'ACV Puls. "Ryanair n'a aucun respect pour le bien-être de son personnel. Il est honteux qu'une si grande entreprise continue à s'en tirer en ignorant les droits fondamentaux des travailleurs en Belgique." "Tous les jours, tout le temps, le personnel nous rapporte des infractions de la part de Ryanair qui ne respecte pas les règles. Cela épuise le personnel", renchérit encore Didier Lebbe, qui assure que tous les moyens de négociation ont été utilisés.