Stellantis, née de la fusion entre PSA et FCA, a des ambitions et le fait savoir. En 2030, en Europe, peu importe que vous optiez pour une Peugeot, une Citroën ou une Fiat, elle sera électrique ou ne sera pas.
...

Stellantis, née de la fusion entre PSA et FCA, a des ambitions et le fait savoir. En 2030, en Europe, peu importe que vous optiez pour une Peugeot, une Citroën ou une Fiat, elle sera électrique ou ne sera pas. Aux Etats-Unis, où les exigences environnementales ne sont pas les mêmes, cela ne concernera qu'un véhicule sur deux. Dans le même temps, le constructeur entend avoir divisé ses émissions carbonées par deux. Quant à la neutralité elle-même, il espère l'atteindre en 2038 avec 10% de compensation au maximum. Avoir des ambitions, c'est bien mais encore faut-il qu'elles soient réalistes. Pour les atteindre, Stellantis va devoir lancer 75 nouveaux modèles électriques en moins d'une décennie. Car à ce jour, il n'y a toujours pas de Jeep ou d'Alfa Romeo 100% électrique. Parallèlement, vu les gains de productivité et l'électrification à marche forcée du secteur, Stellantis entend doubler son chiffre d'affaires d'ici à 2030, soit 300 milliards d'euros. Il serait alors le leader mondial incontesté.