"L'activité économique reste relativement inchangée par rapport au rapport précédent", indique ainsi cette publication, qui se base sur des enquêtes réalisée auprès des douze régions du système de la banque centrale américaine.Ce baromètre d'activité, publié deux semaines avant la prochaine réunion monétaire de la Fed, couvre une période de six semaines jusqu'au 9 janvier. "Cinq régions ont signalé des gains d'activités légers ou modestes, six n'ont connu aucun changement ou un léger déclin, une signalant un déclin plus marqué", détaille la Fed, qui ajoute que "les contacts s'attendent généralement à une légère croissance pour les mois à venir". Si la tendance actuelle rejoint celle signalée lors du rapport précédent, publié le 30 novembre, cette note positive se démarque du sentiment de "plus grande incertitude ou de pessimisme" alors signalé à l'occasion de l'enquête il y a six semaines.

L'activité reste soutenue par une consommation "en légère augmentation", mais elle ne vient pas irriguer tous les secteurs de la même manière, souligne l'enquête, avec "des commerçants signalant des ventes solides durant les vacances" alors que d'autres "soulignent que l'inflation élevée a continué à réduire le pouvoir d'achat des consommateurs, en particulier ceux à revenus modestes". Sur le front de l'emploi, la hausse s'est poursuivie, "à un rythme modeste ou modéré" cependant, une seule région signalant une baisse de l'emploi. Globalement, c'est toujours la pénurie de main d'oeuvre qui prédomine.

Les difficultés de recrutement font d'ailleurs hésiter les employeurs, qui rechignent pour l'heure à licencier quand bien même la demande est en baisse. Dans ces conditions, la pression sur les salaires "reste importante, même si cinq régions soulignent qu'elle a tendance à se relâcher". Côté inflation, "le rythme de croissance a ralenti" dans plusieurs régions mais les commerçants ont malgré tout souligné "une difficulté grandissante à reporter les coûts dans les prix" de leurs produits, "suggérant une plus grande sensibilité aux prix" du côté des consommateurs.

Si le rythme de l'inflation a fortement ralenti depuis la mi-juin, le niveau restait relativement élevé en décembre, à 6,5% selon l'indice des prix CPI, et la Fed a déjà annoncé que d'autres hausses de taux seront nécessaires lors des prochaines réunions pour ramener l'inflation proche de sa cible de 2%.

"L'activité économique reste relativement inchangée par rapport au rapport précédent", indique ainsi cette publication, qui se base sur des enquêtes réalisée auprès des douze régions du système de la banque centrale américaine.Ce baromètre d'activité, publié deux semaines avant la prochaine réunion monétaire de la Fed, couvre une période de six semaines jusqu'au 9 janvier. "Cinq régions ont signalé des gains d'activités légers ou modestes, six n'ont connu aucun changement ou un léger déclin, une signalant un déclin plus marqué", détaille la Fed, qui ajoute que "les contacts s'attendent généralement à une légère croissance pour les mois à venir". Si la tendance actuelle rejoint celle signalée lors du rapport précédent, publié le 30 novembre, cette note positive se démarque du sentiment de "plus grande incertitude ou de pessimisme" alors signalé à l'occasion de l'enquête il y a six semaines.L'activité reste soutenue par une consommation "en légère augmentation", mais elle ne vient pas irriguer tous les secteurs de la même manière, souligne l'enquête, avec "des commerçants signalant des ventes solides durant les vacances" alors que d'autres "soulignent que l'inflation élevée a continué à réduire le pouvoir d'achat des consommateurs, en particulier ceux à revenus modestes". Sur le front de l'emploi, la hausse s'est poursuivie, "à un rythme modeste ou modéré" cependant, une seule région signalant une baisse de l'emploi. Globalement, c'est toujours la pénurie de main d'oeuvre qui prédomine.Les difficultés de recrutement font d'ailleurs hésiter les employeurs, qui rechignent pour l'heure à licencier quand bien même la demande est en baisse. Dans ces conditions, la pression sur les salaires "reste importante, même si cinq régions soulignent qu'elle a tendance à se relâcher". Côté inflation, "le rythme de croissance a ralenti" dans plusieurs régions mais les commerçants ont malgré tout souligné "une difficulté grandissante à reporter les coûts dans les prix" de leurs produits, "suggérant une plus grande sensibilité aux prix" du côté des consommateurs.Si le rythme de l'inflation a fortement ralenti depuis la mi-juin, le niveau restait relativement élevé en décembre, à 6,5% selon l'indice des prix CPI, et la Fed a déjà annoncé que d'autres hausses de taux seront nécessaires lors des prochaines réunions pour ramener l'inflation proche de sa cible de 2%.