L'invasion russe en Ukraine a été sanctionnée par une série de sanctions internationales. Cependant, les premières mesures restrictives émises par l'Union européenne remontent à mars 2014. Elles ont été introduites en réponse à l'annexion de la Crimée. Elles ont ensuite été systématiquement étendues, mais depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, elles ont été complétées par quatre trains de sanctions concrètes. Un cinquième paquet pourrait suivre sous peu. Voici un aperçu chronologique de toutes les restrictions.
...

L'invasion russe en Ukraine a été sanctionnée par une série de sanctions internationales. Cependant, les premières mesures restrictives émises par l'Union européenne remontent à mars 2014. Elles ont été introduites en réponse à l'annexion de la Crimée. Elles ont ensuite été systématiquement étendues, mais depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, elles ont été complétées par quatre trains de sanctions concrètes. Un cinquième paquet pourrait suivre sous peu. Voici un aperçu chronologique de toutes les restrictions.L'une des mesures prises par l'Europe est l'exclusion d'un certain nombre de banques du système de messagerie financière Swift. Le 2 mars, sept institutions russes ont été exclues de Swift, et le 9 mars, trois banques biélorusses et leurs filiales ont subi le même sort. Toutefois, certaines banques n'ont pas été exclues, dont la Sberbank et la Gazprombank. Et ce n'est pas un hasard s'il s'agit d'intermédiaires importants pour le paiement du pétrole et du gaz que l'Europe continue d'acheter à la Russie.Conséquences concrètesQue se passe-t-il si vous avez de la famille, des amis, des employés ou des sous-traitants en Russie ou au Belarus ? "Les paiements depuis ou vers des comptes belges via les banques sanctionnées sont impossibles pour une durée indéterminée", indique Febelfin. "Les transactions par l'intermédiaire d'une banque qui n'est pas soumise à des sanctions sont encore possibles en principe, mais peuvent nécessiter des solutions personnalisées. Il est conseillé aux particuliers et aux entreprises de coordonner leurs paiements avec leur banque belge."Tant que la banque en question ne figure pas sur la liste des sanctions et n'est donc pas exclue du système Swift, les paiements peuvent encore être effectués depuis et vers la Russie", confirme le porte-parole de Flanders Investment & Trade. "Toutefois, nous avons remarqué que les banques belges et les banques correspondantes réagissent souvent un peu nerveusement à de telles transactions, et compliquent parfois les choses. En outre, il reste à voir quel impact supplémentaire un cinquième paquet de sanctions de l'Union européenne aura sur les opérations de paiement.""La Russie impose également des restrictions sur les paiements aux pays étrangers. Mais si vous, en tant qu'entrepreneur belge, faites des affaires avec un importateur russe, les paiements dans le cadre d'un contrat commercial peuvent, en principe, se poursuivre normalement. Cela vaut également pour les exportateurs russes, mais ils sont obligés de convertir une grande partie des devises reçues en roubles."Visa et MastercardPour accentuer la pression, les réseaux de paiement Visa et Mastercard ont également décidé de suspendre complètement leurs activités en Russie. Les cartes de paiement de ces deux marques qui ont été émises par une banque belge ne peuvent pas y être utilisées pour le moment. "En tant que titulaire d'une carte belge en Russie, vous ne pourrez pas faire d'achats dans des magasins physiques ni retirer de l'argent aux distributeurs automatiques locaux", prévient Febelfin. "Vous ne pouvez plus non plus faire vos achats dans des boutiques en ligne russes."Toute personne possédant une carte de paiement Visa ou Mastercard émise par une banque russe est également concernée par les sanctions. Si vous recevez des parents ou des collègues russes, ils ne peuvent pas utiliser leur carte ici pour effectuer des achats ou retirer de l'argent.