1. Réunis en assemblée générale samedi dernier, les coopérateurs de NewB ont finalement validé la mise en oeuvre du partenariat avec la banque flamande VDK Bank, dont NewB va devenir une agence. C'est une bonne nouvelle?
...

1. Réunis en assemblée générale samedi dernier, les coopérateurs de NewB ont finalement validé la mise en oeuvre du partenariat avec la banque flamande VDK Bank, dont NewB va devenir une agence. C'est une bonne nouvelle? Nous sommes satisfaits d'avoir pu obtenir la modification des statuts qui autorise cette solution avec VDK. Cette dernière est une banque stable qui existe depuis 1926 et qui a bonne réputation en matière de durabilité et d'impact. C'est une bonne nouvelle et une bonne solution. D'abord parce que cela permet à tous les clients de NewB de se retrouver dans une banque éthique et durable. Ensuite parce que cela offre la possibilité aux coopérateurs qui le souhaitent de pouvoir rester dans le projet, tout comme elle permet à ceux qui préfèrent arrêter les frais de pouvoir en sortir. 2. Allez-vous poursuivre l'aventure avec NewB et VDK? Si nous sommes contents du partenariat trouvé avec VDK, en ce qui concerne le projet de transformation de NewB en une agence digitale, les informations reçues via le rapport du groupe de travail n'apportent toutefois pas les éléments nécessaires à une décision favorable pour poursuivre l'aventure. La viabilité de ce nouveau projet n'est pas démontrée. Nous allons donc demander de pouvoir récupérer ce qu'il reste de notre investissement (finance&invest.brussels a investi 400.000 euros, Ndlr). Et ce sur la base d'une valorisation au moment du retrait de la licence bancaire qui devrait intervenir prochainement. 3. Des regrets? Prendre des risques, c'est notre métier. NewB a suscité un énorme élan citoyen qui a mobilisé pas moins de 117.000 coopérateurs. Nous avons été très heureux de soutenir un projet ambitieux de coopérative. Mais moins de trois ans après la recapitalisation de 35 millions d'euros, force est de constater que les résultats ne sont toujours pas là. La banque ne compte que 20.000 clients sur 117.000 coopérateurs, le chiffre d'affaires annoncé est très loin d'avoir pu être réalisé. Au total, plus de 30 millions d'euros ont été dépensés pour finalement peu d'impact. L'échec fait aussi partie des aléas de la vie des entrepreneurs et des investisseurs. Pas de regrets, donc. Mais tout en ayant beaucoup de respect pour le travail accompli par l'actuel CEO Thierry Smets qui est arrivé à un moment où la situation était difficile à récupérer et face à un business plan qu'il n'avait pas conçu lui-même, je ne vous cache pas que nous sommes déçus.