A 57 ans, Thierry Smets succède à Tom Olinger au poste de CEO de NewB. Sa nomination a été approuvée lors de l'assemblée générale de la banque coopérative. Passé par la Générale de Banque et Nagelmackers avant de devenir CEO de la banque privée Puilaetco Dewaay et de cofonder la fintech StarTalers, l'homme affiche une expérience de plus de 30 ans dans le monde bancaire. Un triple défi l'attend à présent à la tête de NewB.
...

A 57 ans, Thierry Smets succède à Tom Olinger au poste de CEO de NewB. Sa nomination a été approuvée lors de l'assemblée générale de la banque coopérative. Passé par la Générale de Banque et Nagelmackers avant de devenir CEO de la banque privée Puilaetco Dewaay et de cofonder la fintech StarTalers, l'homme affiche une expérience de plus de 30 ans dans le monde bancaire. Un triple défi l'attend à présent à la tête de NewB. L'équipe de NewB est aujourd'hui constituée d'une quarantaine de personnes. "C'est une chouette équipe, plutôt jeune et intelligente, lance Thierry Smets, mais elle est assez réduite. Elle compte une quinzaine de collaborateurs externes. Nous allons devoir recruter pour disposer à l'avenir de cette expertise en interne et pour accompagner la croissance de la banque. Il y a clairement un défi HR, c'est évident." Il faut à présent assurer le lancement des premiers services bancaires et faire tourner la boutique, mais l'expérience acquise pendant 30 ans dans le secteur bancaire "va pouvoir être utile à NewB dans cette phase de démarrage", assure le nouveau CEO. La deuxième priorité a bien sûr trait aux finances de la maison. "Le plan financier qui a servi pour l'augmentation de capital remonte à l'été 2019. Beaucoup de choses ont changé depuis. Il doit être revu, reconnaît Thierry Smets. NewB est une banque qui va être structurellement en excès de liquidités. Les taux d'intérêt restent fortement négatifs. Nous devons faire en sorte de trouver des sources de revenus alternatives pour trouver le chemin de la rentabilité." Si NewB dispose depuis maintenant quasiment un an de la licence bancaire qu'elle a mis 10 ans à obtenir, après avoir réussi à lever 30 millions d'euros de fonds propres auprès de ses sympathisants et ainsi obtenu le feu vert des gendarmes bancaires (BNB et BCE), son offre de produits se fait en effet toujours attendre. "Nous devons rapidement mettre en place une offre qui comprend des crédits mais aussi des produits à commissions, tout en respectant bien sûr nos engagements de banque éthique et durable. Les premiers comptes courants seront ouverts progressivement dans les prochaines semaines. L'accès au grand public est prévu pour début 2021. Les cartes de paiement devraient être disponibles dans le courant du deuxième trimestre. L'offre de fonds ne devrait quant à elle pas voir le jour avant la fin du mois de juin." Se voulant éthique et durable, NewB a également pour ambition d'être une banque sans agences et donc 100% digitale. "C'est un élément très important. Nous devons développer une offre numérique (appli mobile, etc.) tout en ne laissant personne sur le bord de la route. Des solutions existent pour s'adresser à ceux qui n'auraient pas accès à Internet. Différentes pistes sont sur la table, comme celle par exemple d'une banque itinérante qui remplace ses agences par un camion. Mais aucune décision n'a encore été prise à ce sujet", précise Thierry Smets.