Dans cette interview publiée jeudi, Hein Knaapen affirme qu'une part importante des 52.000 collaborateurs d'ING est devenue trop dépendante de la banque en raison de conditions de travail royales, de primes de départ élevées et du système de licenciement rigide dans des pays comme la Belgique et les Pays-Bas.

Le personnel n'a pas apprécié ces propos et s'est dit "dégoûté", alors que la banque a annoncé une importante restructuration et la suppression de 3.500 emplois en Belgique.

Dans un message interne publié sur l'intranet du groupe, le directeur du personnel s'explique sur cette interview et présente formellement ses excuses. Il indique entre autres qu'il n'avait pas l'intention de stigmatiser le marché du travail belge ou néerlandais.