La firme de Wall Street a dégagé un profit de 2,79 milliards de dollars, en baisse de 48%, pour un chiffre d'affaires de 11,86 milliards, en repli de 23% mais au-dessus des 10,88 milliards prévus par les analystes. Ramené par action et hors éléments exceptionnels, la mesure préférée des investisseurs, le bénéfice s'est affiché à 7,73 dollars, au-dessus des 7,25 dollars attendus. L'action prenait 3,4% dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York. Goldman Sachs a surtout vu freiner son activité de conseil aux entreprises désirant faire des opérations de fusions-acquisitions, entrer en Bourse ou lever de l'argent (-41%).

Les revenus générés par sa division de gestion d'actifs ont aussi fortement reculé (-79%), en raison principalement de la baisse de la valorisation de placements sur le marché des actions. En revanche, les courtiers de la firme ont été particulièrement actifs et ont dégagé un chiffre d'affaires en hausse de 32%, aussi bien du côté du courtage d'obligations, de devises et de matières premières (+55%) que du côté des actions (+11%). L'activité de services aux particuliers et de gestion de fortune a aussi progressé, de 25%.

La banque d'affaires a provisionné un peu plus d'argent au deuxième trimestre (667 millions contre 561 millions au premier trimestre) pour faire face aux éventuels impayés de ses clients, principalement en raison de la croissance de son portefeuille de cartes de crédit et de "l'impact de vastes préoccupations macroéconomiques". Les dépenses opérationnelles de la banque, qui avaient fortement augmenté au deuxième trimestre 2021 avec la hausse des rémunérations, ont reculé de 11% sur un an.

La firme de Wall Street a dégagé un profit de 2,79 milliards de dollars, en baisse de 48%, pour un chiffre d'affaires de 11,86 milliards, en repli de 23% mais au-dessus des 10,88 milliards prévus par les analystes. Ramené par action et hors éléments exceptionnels, la mesure préférée des investisseurs, le bénéfice s'est affiché à 7,73 dollars, au-dessus des 7,25 dollars attendus. L'action prenait 3,4% dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse de New York. Goldman Sachs a surtout vu freiner son activité de conseil aux entreprises désirant faire des opérations de fusions-acquisitions, entrer en Bourse ou lever de l'argent (-41%).Les revenus générés par sa division de gestion d'actifs ont aussi fortement reculé (-79%), en raison principalement de la baisse de la valorisation de placements sur le marché des actions. En revanche, les courtiers de la firme ont été particulièrement actifs et ont dégagé un chiffre d'affaires en hausse de 32%, aussi bien du côté du courtage d'obligations, de devises et de matières premières (+55%) que du côté des actions (+11%). L'activité de services aux particuliers et de gestion de fortune a aussi progressé, de 25%.La banque d'affaires a provisionné un peu plus d'argent au deuxième trimestre (667 millions contre 561 millions au premier trimestre) pour faire face aux éventuels impayés de ses clients, principalement en raison de la croissance de son portefeuille de cartes de crédit et de "l'impact de vastes préoccupations macroéconomiques". Les dépenses opérationnelles de la banque, qui avaient fortement augmenté au deuxième trimestre 2021 avec la hausse des rémunérations, ont reculé de 11% sur un an.