Voici quelques jours, à l'occasion d'une journée dédiée aux investisseurs, l'assureur Ethias a publié ses résultats, libellés sous la norme comptable internationale IFRS. Une publication intéressante, car ces chiffres sont plus complets que ceux diffusés fin février sous le format des normes comptables belges.
...

Voici quelques jours, à l'occasion d'une journée dédiée aux investisseurs, l'assureur Ethias a publié ses résultats, libellés sous la norme comptable internationale IFRS. Une publication intéressante, car ces chiffres sont plus complets que ceux diffusés fin février sous le format des normes comptables belges. Sous le format IFRS, donc, Ethias a réalisé en 2020 un résultat net part de groupe de 208 millions d'euros, légèrement en dessous de ceux de 2019 (212 millions). Mais l'évolution de ces résultats après impôt s'explique surtout par le fait que l'assureur a payé davantage de taxes. Ethias a versé 68 millions d'euros au fisc en 2020, contre 38 millions en 2019. Sur le pan opérationnel, la croissance est assez tonique, avec un résultat opérationnel de 260 millions l'an dernier contre 207 millions en 2019. Un résultat dopé par la branche non vie, qui a réalisé à elle seule 186 millions de ces résultats, soit 53 millions de plus que l'année précédente. Cela grâce aux effets du confinement qui a permis de réduire le nombre d'accidents de la route. Plusieurs autres éléments montrent par ailleurs la bonne santé du groupe. D'abord, dans la récolte des primes versées par les clients: elles atteignent l'an dernier 2,72 milliards, contre 2,66 milliards en 2019, grâce à une augmentation des primes dans l'assurance- vie alors que les primes récoltées dans la branche non vie sont légèrement inférieures à 2019. Ethias a également renforcé son matelas de fonds propres, qui dépasse légèrement les 3 milliards, contre 2,67 milliards en 2019. Ce montant est bien au-delà du montant minimum requis par le régulateur (1,466 milliard). Le groupe est également moins risqué: son levier financier, c'est-à-dire le rapport entre ses engagements et ses fonds propres, a baissé, passant à 18% contre 20% un an auparavant. On rappellera que la bonne santé du groupe lui a permis de verser cette année, pour la première fois depuis 2008, un dividende de 103 millions d'euros, qui seront répartis entre les trois grands actionnaires: Etat fédéral et Régions flamande et wallonne.