C'est quoi un bon d'Etat ?

L'Agence fédérale de la dette propose à nouveau de souscrire à des bons d'Etat. Le bon d'Etat est une obligation. C'est un emprunt à long terme qui permet à l'Etat de se financer. Le bon d'Etat est un produit d'investissement assez simple et sûr vu que la totalité de l'argent investi est récupéré au terme de la période souscrite. Il a une durée fixe, avec un coupon annuel payé à l'échéance.

Les bons d'État, une tradition prisée des épargnants belges par le passé, étaient traditionnellement émis environ quatre fois par an. Cependant, les faibles taux d'intérêt ont diminué leur attrait, et la dernière émission a eu lieu en mars 2019. Une obligation d'État à dix ans avait alors un taux d'intérêt de 0,55%. Dans leur heure de gloire, en 1991, par exemple, l'épargnant pouvait compter sur un taux de 9,15% pour un bon d'Etat à 5 ans, retrace le site de la RTBF.

Maintenant que les taux sont un peu remontés, l'Etat belge propose à nouveau ce type de produit financier. L'investissement est très peu risqué. La faillite de l'Etat serait en effet la seule raison pour laquelle l'investisseur ne récupérerait pas sa mise de départ.

Pour qui ?

Le bon d'Etat est destiné aux particuliers et à certaines autres catégories d'investisseurs: les fondations, les associations sans but lucratif, les fabriques d'Eglise,...

Quels sont les taux proposés ?

Pour cette émission, le bon d'Etat est au taux de 0,70% pour le bon d'Etat à 5 ans et de 1,30% pour le bon d'Etat à 10 ans. Les bons d'Etat s'achètent par tranche de 100 euros. Il s'agit d'un taux d'intérêt brut. Le taux d'intérêt net du bon d'Etat à 5 ans revient à 0,49%. Celui du bon d'Etat à 10 ans, à 0,91%. L'intérêt est frappé d'un précompte mobilier de 30%.

PG
© PG

Comment se procurer des bons d'Etat ?

Pour souscrire à des bons d'Etat, l'investisseur peut se tourner vers sa banque qui les lui livrera sur son compte-titre, avec un tarif spécifique appliqué par l'institution bancaire choisie. Une autre solution consiste à s'adresser directement à l'Agence de la dette. Sur le site web de l'institution, il est possible de souscrire en ligne, via ce qu'on dénomme le "Grand Livre". Avantage : la gestion est gratuite parce qu'il ne faut pas ouvrir de compte-titres auprès d'une banque. La période de souscription court de ce mardi 24 mai jusqu'au vendredi 3 juin. L'émission aura lieu le 4 juin prochain. L'Agence de la dette explique tous les détails pratiques sur son site.

Est-ce intéressant d'en acheter ?

Est-ce intéressant dans le contexte économique actuel d'investir en bons d'Etat, sur 5 ou 10 ans ? Pour le moment, les taux d'intérêt sur les comptes épargne et les comptes à terme sont toujours très bas. Le taux d'intérêt est au plancher légal de 0,11%, prime de fidélité incluse. La grande majorité des comptes épargne offrent donc moins de rendement à l'investisseur particulier que les nouveaux bons d'Etat.

Mais pour certains observateurs, même à 1,30%, le taux d'intérêt des bons d'Etat reste faible. "Cela reste quand même extrêmement faible au regard de l'inflation qui, pour le moment, est de l'ordre de 8% en définition nationale et de 9% en définition européenne", explique Eric Dor, Directeur des études économiques à l'école de gestion de l'Université de Lille, à la RTBF. "Cela veut dire que, même un intérêt de 0,7% qu'offrirait l'Etat, cela reste un intérêt réel de -8% à peu près", ajoute-t-il. "L'épargnant qui va acheter un tel bon va, comme sur les livrets d'épargne continuer à perdre énormément de pouvoir d'achat", poursuit Eric Dor.

Plus concrètement, avec un taux d'inflation de 8 %, l'argent sur le compte d'épargne vaudra 8 % de moins en un an. 100 000 euros ne signifie plus que 92 000 euros de pouvoir d'achat après un an.

L'avantage avec le compte épargne est que l'on peut retirer son argent à n'importe quel moment alors que le bon d'Etat sera bloqué pour minimum 5 ans. Il est toutefois possible de revendre un bon d'Etat avant son échéance, mais avec une perte partielle de son capital de départ.

Une autre donnée entre en jeu : la BCE laisse entrevoir la fin des taux négatifs à l'automne. La banque centrale européenne va remonter ses taux de 0.50%. Pour l'instant le taux d'intérêt de la banque centrale est de - 0.50%. A partir de la fin septembre, il sera à 0%. Ce qui augmenterait légèrement aussi les taux sur les livrets d'épargne et les rendraient alors aussi intéressants - si pas plus intéressants - que les bons d'Etat.

L'Agence fédérale de la dette propose à nouveau de souscrire à des bons d'Etat. Le bon d'Etat est une obligation. C'est un emprunt à long terme qui permet à l'Etat de se financer. Le bon d'Etat est un produit d'investissement assez simple et sûr vu que la totalité de l'argent investi est récupéré au terme de la période souscrite. Il a une durée fixe, avec un coupon annuel payé à l'échéance. Les bons d'État, une tradition prisée des épargnants belges par le passé, étaient traditionnellement émis environ quatre fois par an. Cependant, les faibles taux d'intérêt ont diminué leur attrait, et la dernière émission a eu lieu en mars 2019. Une obligation d'État à dix ans avait alors un taux d'intérêt de 0,55%. Dans leur heure de gloire, en 1991, par exemple, l'épargnant pouvait compter sur un taux de 9,15% pour un bon d'Etat à 5 ans, retrace le site de la RTBF. Maintenant que les taux sont un peu remontés, l'Etat belge propose à nouveau ce type de produit financier. L'investissement est très peu risqué. La faillite de l'Etat serait en effet la seule raison pour laquelle l'investisseur ne récupérerait pas sa mise de départ. Le bon d'Etat est destiné aux particuliers et à certaines autres catégories d'investisseurs: les fondations, les associations sans but lucratif, les fabriques d'Eglise,... Pour cette émission, le bon d'Etat est au taux de 0,70% pour le bon d'Etat à 5 ans et de 1,30% pour le bon d'Etat à 10 ans. Les bons d'Etat s'achètent par tranche de 100 euros. Il s'agit d'un taux d'intérêt brut. Le taux d'intérêt net du bon d'Etat à 5 ans revient à 0,49%. Celui du bon d'Etat à 10 ans, à 0,91%. L'intérêt est frappé d'un précompte mobilier de 30%.Pour souscrire à des bons d'Etat, l'investisseur peut se tourner vers sa banque qui les lui livrera sur son compte-titre, avec un tarif spécifique appliqué par l'institution bancaire choisie. Une autre solution consiste à s'adresser directement à l'Agence de la dette. Sur le site web de l'institution, il est possible de souscrire en ligne, via ce qu'on dénomme le "Grand Livre". Avantage : la gestion est gratuite parce qu'il ne faut pas ouvrir de compte-titres auprès d'une banque. La période de souscription court de ce mardi 24 mai jusqu'au vendredi 3 juin. L'émission aura lieu le 4 juin prochain. L'Agence de la dette explique tous les détails pratiques sur son site. Est-ce intéressant dans le contexte économique actuel d'investir en bons d'Etat, sur 5 ou 10 ans ? Pour le moment, les taux d'intérêt sur les comptes épargne et les comptes à terme sont toujours très bas. Le taux d'intérêt est au plancher légal de 0,11%, prime de fidélité incluse. La grande majorité des comptes épargne offrent donc moins de rendement à l'investisseur particulier que les nouveaux bons d'Etat. Mais pour certains observateurs, même à 1,30%, le taux d'intérêt des bons d'Etat reste faible. "Cela reste quand même extrêmement faible au regard de l'inflation qui, pour le moment, est de l'ordre de 8% en définition nationale et de 9% en définition européenne", explique Eric Dor, Directeur des études économiques à l'école de gestion de l'Université de Lille, à la RTBF. "Cela veut dire que, même un intérêt de 0,7% qu'offrirait l'Etat, cela reste un intérêt réel de -8% à peu près", ajoute-t-il. "L'épargnant qui va acheter un tel bon va, comme sur les livrets d'épargne continuer à perdre énormément de pouvoir d'achat", poursuit Eric Dor. Plus concrètement, avec un taux d'inflation de 8 %, l'argent sur le compte d'épargne vaudra 8 % de moins en un an. 100 000 euros ne signifie plus que 92 000 euros de pouvoir d'achat après un an.L'avantage avec le compte épargne est que l'on peut retirer son argent à n'importe quel moment alors que le bon d'Etat sera bloqué pour minimum 5 ans. Il est toutefois possible de revendre un bon d'Etat avant son échéance, mais avec une perte partielle de son capital de départ. Une autre donnée entre en jeu : la BCE laisse entrevoir la fin des taux négatifs à l'automne. La banque centrale européenne va remonter ses taux de 0.50%. Pour l'instant le taux d'intérêt de la banque centrale est de - 0.50%. A partir de la fin septembre, il sera à 0%. Ce qui augmenterait légèrement aussi les taux sur les livrets d'épargne et les rendraient alors aussi intéressants - si pas plus intéressants - que les bons d'Etat.