La Belgique va se doter d’un indice de réparabilité pour les appareils électroménagers

© Getty Images

Le Conseil des ministres a adopté un avant-projet instaurant un indice de réparabilité pour une série d’appareils électroménagers, afin de limiter le volume de déchets et réduire la consommation de matières premières.

Le texte, qui s’inscrit dans une logique d’économie circulaire, entend indiquer aux consommateurs les produits qui pourront plus facilement être réparés.

Plusieurs critères seront pris en compte à cet effet: facilité de démontage, disponibilité d’informations techniques et de pièces de rechange, délais de livraison, prix des pièces détachées, etc.

Avec cette loi, la Belgique deviendra le second pays européen à disposer d’un tel indice de réparabilité, et ce après la France qui l’a introduit en janvier 2021. Les deux systèmes seront d’ailleurs compatibles puisque les critères retenus par la loi belge sont les mêmes que ceux prévus par la loi française.

Entrée en vigueur est prévue pour 2026

L’indice sera en vigueur pour les appareils électroménagers tels que les lave-linges, les lave-vaisselles, les aspirateurs, les nettoyeurs à haute pression, les tondeuses à gazon, les téléviseurs et les ordinateurs portables.  Un indice de réparabilité pour les vélos est également à l’étude. L’entrée en vigueur est prévue pour 2026.  Le texte doit à présent passer pour adoption devant le Parlement fédéral.

Test-Achats « très satisfait »

L’organisation de défense des consommateurs Test-Achats s’est dite vendredi « très satisfaite » de l’approbation par le conseil des ministres d’un avant-projet de loi introduisant un indice de réparabilité pour un groupe d’appareils électroniques. Cet indice doit donner une cote de réparabilité allant de 0 à 10.

« Pour de nombreux consommateurs, la réparabilité d’un produit joue un rôle important lors de l’achat d’un appareil électronique tel qu’un lave-linge ou un lave-vaisselle. Plus l’appareil est réparable, plus il dure longtemps et moins il coûte cher. Jusqu’à présent, il n’existait pas de méthode uniforme pour comparer les appareils. Cet indice de réparabilité donnera donc un avantage concurrentiel important aux fabricants qui investissent pour rendre leurs appareils réparables », souligne Test-Achats.

Indices trop « optimistes »

Test-Achats met toutefois en garde contre des indices trop « optimistes » car ils sont calculés par les fabricants eux-mêmes. « En France, cette méthode est déjà en place depuis janvier 2021, et les fabricants semblent très optimistes à l’égard de leurs propres produits. En utilisant par exemple la méthodologie qui sous-tend l’indice pour optimiser leurs scores, et en se concentrant sur les critères qui rapportent « facilement » beaucoup de points », explique Test-Achats qui déplore l’absence de contrôles systématiques sur ces notes. 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content