« L’écologisation de l’économie est un exercice futile »

© Getty Images
Ilse De Witte Journaliste chez Trends Magazine

Le jeune économiste Jonas Van der Slycken préconise un modèle économique fondé sur le bien-être plutôt que sur la croissance. « L’augmentation de la consommation et de la production ne nous rend pas nécessairement plus heureux, car elle n’entraîne pas d’augmentation durable du bien-être ».

Les objectifs de développement durable (ODD) et autres initiatives du genre, « en fin de compte, il s’agit toujours de croissance », déclare Jonas Van der Slycken, à la fin d’une conversation sur le Green Deal européen. Selon lui, c’est là tout le nœud du problème. Il propose de remplacer la croissance, pierre angulaire de notre économie, par de l’attention. Genoeg voor iedereen. Naar een economie die zorgt voor mens en planeet  (Assez pour tous. Vers une économie qui prend soin des personnes et de la planète) est le titre de son livre, à paraître cette semaine.

Avec ce premier ouvrage, le jeune économiste s’est imposé comme un défenseur de la décroissance, un mouvement qui remonte au célèbre rapport Limites à la croissance, publié par le Club de Rome, un groupe de réflexion, en 1972. Cette simulation informatique avec différents scénarios montrait que, dans la plupart d’entre eux, la croissance de notre économie dépassait les limites de ce que la terre peut supporter. La décroissance veut se débarrasser de notre modèle de croissance économique, dont l’indicateur principal est le produit intérieur brut (PIB).

L’introduction du PIB a-t-elle été une erreur ?

JONAS VAN DER SLYCKEN. « Dès 1934, Simon Kuznets a mis en garde contre la perspective limitée offerte par le PIB. Kuznets a participé à la création du système de comptabilité nationale, à partir duquel le calcul du PIB a évolué par la suite. Nous assimilons le PIB à la prospérité, alors qu’il ne la mesure pas. Il serait préférable d’utiliser une mesure plus large qui tienne compte du travail des citoyens, de la valeur du travail bénévole, des coûts écologiques, des inégalités et de la répartition de la consommation et de la richesse ».

Quel indicateur mettriez-vous plutôt en avant ?

VAN DER SLYCKEN. « Pour mon doctorat, j’ai étudié l’indice de bien-être durable (IBED). Il existe une variante récente de cet indice, l’indicateur de progrès véritable (IPV). Si nous l’utilisons comme mesure du bien-être, il serait possible de prendre en compte le bien-être, les coûts écologiques et l’inégalité. Cependant, tout indicateur est une simplification de la réalité. La conclusion de mon doctorat est qu’il est préférable de fixer des objectifs distincts pour les composantes de ces trois indicateurs ».

Les critiques concernant le PIB sont bien connues. Alors pourquoi continuons-nous à l’utiliser comme indicateur ?

VAN DER SLYCKEN. « Il n’y a pas de consensus parmi les économistes sur l’alternative à utiliser. Mais il n’y aura jamais d’indicateur miracle qui couvre tout. Il faut également changer d’état d’esprit et regarder au-delà de l’indicateur. Comment faire en sorte que chacun ait de quoi vivre correctement, que tout soit équitablement réparti ? Comment parvenir à une économie équitable, à une société inclusive, à un sens de la communauté ? Comment faire en sorte que le monde vivant cesse de se rétrécir ? Nous devons examiner différents indicateurs, ajuster nos priorités. Nous devons changer toute l’histoire.

Vous citez Raj Patel, qui a calculé qu’un hamburger coûterait 200 dollars si l’on incluait les coûts environnementaux et sociaux dissimulés. Les consommateurs changeraient-ils leurs habitudes d’achat s’ils pouvaient voir ces coûts sur leur ticket de caisse ?

VAN DER SLYCKEN. « Il s’agit d’une information importante, que l’on peut donner, mais qui reste limitée. Ces 200 dollars ne sont qu’une estimation, et qui encore ne tient pas compte de tous les éléments. Certaines choses ne peuvent pas être exprimées en termes d’argent, de prix. Nous ne devrions pas nous contenter de parler que d’argent. Nous devrions demander aux gens comment ils se sentent, quels sont les manques auxquels ils sont confrontés et quels sont leurs besoins qui n’ont pas encore été satisfaits. De cette façon, nous pouvons mesurer où se situent les manques, afin d’éviter une situation où la pauvreté persiste et où les enfants vont à l’école avec des boîtes à lunch vides.

Ne suffit-il pas d’abandonner les combustibles fossiles et de découpler la croissance des émissions de CO2 ?

VAN DER SLYCKEN. « La nécessité de réduire la croissance n’est pas seulement écologique. Nous devrons certainement réduire les émissions de CO2 rapidement et de manière substantielle. Le point de départ n’est pas l’écologisation de l’économie existante. Nous voulons une économie de bien-être, qui s’engage à répondre aux besoins des personnes. L’économie est devenue trop importante, non seulement pour l’écosystème, mais aussi pour l’homme et la société. L’augmentation de la consommation et de la production n’est pas une solution miracle. La matérialisation de l’économie ne nous rend pas plus heureux. Nous sommes coincés dans une course à la consommation, mais elle ne conduit pas à une augmentation durable du bien-être. Elle ne répond pas non plus à nos besoins non matériels, tels que le sens. Avec eux, nous n’en aurons jamais assez. L’écologisation de l’économie actuelle est donc un exercice futile ».

Vous parlez d’un changement de paradigme, mais la question est de savoir comment il se produira : du jour au lendemain ou progressivement ?

VAN DER SLYCKEN. « Le changement se produit déjà de manière progressive. Je pense aux personnes qui font du bénévolat, qui construisent l’économie solidaire et coopérative, etc. De nombreuses personnes mettent déjà en pratique cette économie, mais ce n’est pas encore le courant dominant. Des mesures politiques peuvent être prises pour modifier cela. Martin Luther King a dit qu’ « avoir la foi, c’est monter la première marche, même quand on ne voit pas tout l’escalier » « .

Pour garantir un changement systémique, les subventions et les taxes sont inintéressantes. La taxe carbone ne vous convient donc pas ?

VAN DER SLYCKEN. « La systématicienne Donella Meadows a montré que les subventions et les taxes ne sont pas les leviers les plus puissants pour redresser le pétrolier de l’économie de croissance. Il vaut mieux parier sur la façon de penser, sur un changement d’état d’esprit. Bien sûr, la taxe carbone aidera un peu à sortir des combustibles fossiles, mais nous avons besoin d’un changement beaucoup plus profond que cela. »

Vous proposez également des politiques telles qu’un impôt de 100 % sur tous les revenus supérieurs à un million d’euros et un impôt sur la fortune de 90 % pour les revenus supérieurs à un milliard d’euros. N’êtes-vous pas en train de vous compliquer la vie en associant une lutte sociale à la lutte climatique ?

VAN DER SLYCKEN. « Les questions sociales et écologiques sont indissociables. Les riches consomment plus et pèsent plus sur la planète. Cela provoque de nombreux dégâts qui pourraient être évités. Beaucoup de ressources sont gaspillées. C’est écologiquement désastreux, et socialement, cela ne conduit pas à un plus grand bien-être. En exigeant une contribution plus importante de la part de ceux qui le peuvent, nous pouvons financer des services de base universels pour tous, afin qu’il y ait suffisamment de nourriture, de logements, de transports publics, d’éducation, de soins de santé, etc. Pour tous. Aujourd’hui, les gens sont déconnectés. Les désirs sont infinis et les ressources pour les satisfaire sont rares. Si l’on se contente de prendre en compte les besoins des gens, on peut les satisfaire ».

Vous renouez en partie avec la pensée communiste, mais en y ajoutant l’aspect écologique.

VAN DER SLYCKEN. « C’est un réflexe typique. En réalité, le communisme était aussi un système de croissance. Il faut sortir de ce dualisme entre, d’une part, le capitalisme et, d’autre part, le communisme. Ma proposition est complètement différente : une économie au service des gens et de la planète.

Vous donnez un rôle important au gouvernement. Ne faites-vous pas trop peu confiance aux entrepreneurs ?

VAN DER SLYCKEN. « Absolument pas. Le livre veut dessiner les contours d’une économie où nous créons plus d’opportunités pour les entrepreneurs et l’esprit d’entreprendre. Les personnes qui ont de l’argent pourront l’investir de manière plus ciblée. Quel que soit le sens dans lequel on l’aborde, on se retrouve avec un gouvernement qui révise ces contours. A cet égard, le gouvernement n’est pas à la hauteur. Grâce aux conseils et à la participation des citoyens, il est possible de prendre des décisions plus démocratiques. Je pense que la démocratie peut être approfondie et élargie. Aujourd’hui, le gouvernement est étroitement lié au monde des affaires, qui ne pense qu’à la croissance. Si vous parvenez à couper ce lien et à renforcer le lien entre le gouvernement et les citoyens, les gens feront des choix différents.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content