Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

16/08/11 à 11:37 - Mise à jour à 11:37

Interdire les ventes à découvert pour calmer les marchés?

Les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. En 2008, après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, les gendarmes financiers de la plupart des grands pays ont tout bonnement interdit les ventes à découvert. Autrement dit, les paris à la baisse sur une action.

L'interdiction des ventes à découvert a pour but de calmer les marchés et surtout de réduire la volatilité sur ces marchés. Aujourd'hui, soit 3 ans après la faillite de Lehman Brothers, 4 pays européens dont la Belgique ont à nouveau interdit les ventes à découvert. Plus précisément, la Belgique a interdit les ventes à découvert sur les actions Dexia, KBC group, KBC Ancora et Ageas.

Pour les spécialistes, ce genre de mesure est surtout psychologique car en réalité, les paris à la baisse peuvent toujours se faire avec d'autres instruments financiers que les ventes à découvert. Il n'empêche, la psychologie joue son rôle à plein et les marchés se sont repris vendredi dernier uniquement sur la base de cette interdiction.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas la vente à découvert, disons que cette pratique n'est pas nouvelle puisqu'elle date des années 30. Son but est de gagner de l'argent quand la Bourse va mal, comme c'est le cas depuis plusieurs semaines. En pratique, la vente à découvert consiste à emprunter une action contre le versement d'un intérêt, puis de vendre immédiatement cette action et ensuite, ne reste plus qu'à attendre la baisse de cette action pour la racheter et la rendre au prêteur, en ayant réalisé un profit.

En pratique, cela donne ceci : la valeur d'une action bancaire X est par exemple cotée 6 euros fin janvier 2011. Vous pensez que la conjoncture est mauvaise et que le titre de cette banque va baisser. Dans ce cas, vous n'allez surtout pas en acheter mais vous allez faire une vente à découvert pour parier sur la baisse de cette action.
En août 2011, l'avenir vous a donné raison et l'action de la banque X est cotée à disons 3 ¤. Votre scénario s'est donc réalisé, la valeur a baissé. A ce moment, vous souhaitez prendre vos bénéfices et pour cela, il vous suffit d'acheter l'action de la banque X afin de solder votre position de vente à découvert.

Dans cet exemple, vous avez encaissé la différence entre le prix de vente de 6 euros et le prix d'achat de 3 euros, 6 euros - 3 euros, cela donne bien un gain de 3 euros par action - et si vous avez fait cela avec des milliers ou des dizaines de milliers d'actions, c'est le jackpot assuré. C'est donc ce genre de pari à la baisse qui est interdit dans 4 pays européens depuis vendredi dernier. Les jours qui viennent diront si cette interdiction aura freiné ou pas la volatilité en Bourse.

Nos partenaires