Second Life tué par Facebook... et l'iPad

18/06/10 à 11:40 - Mise à jour à 11:40

Source: Trends-Tendances

Le Web 2.0 continue de se dégonfler. Second Life, ancienne star des médias, licencie le tiers de son effectif, soit une centaine de personnes. En cause ? Facebook et le duo terrible iPhone/iPad.

Second Life tué par Facebook... et l'iPad

Facebook par-ci, Facebook par-là... Le marché du Web 2.0 se résume à ce nom et à quelques autres comme Twitter, YouTube et Linkedln. Pour le mensuel Fortune, la partie est finie, cependant. Le secteur, vieux de sept ans, n'a jamais affiché de rentabilité et suscité peu d'IPO. YouTube, par exemple, ne gagne toujours pas d'argent... mais il a la chance d'appartenir à Google, qui en gagne énormément avec son moteur de recherche.

Dernier effondrement en date : Second Life. Ce site de réalité virtuelle licencie le tiers de son effectif, qui comptait 300 personnes. Voici trois ans, il était un phénomène social encensé par la presse. Elle n'en parle plus aujourd'hui.

Tout cela confirme la tendance observée voici un an déjà dans les colonnes de Trends-Tendances. Dans un article titré Le web 2.0 se dégonfle, nous avions relevé que presque aucun service n'était bénéficiaire, qu'il n'y avait pas d'IPO. Facebook sera sans doute l'un des seuls à devenir rentable, avec, cette année, un Ebitda de 70 millions de dollars sur un chiffre d'affaires de 1,4 milliard de dollar, ce qui est fort modeste.

Fortune note également que MySpace est responsable de l'essentiel de la perte de 150 millions de dollars de News Corp Digital Media Group au premier trimestre. AOL envisage de revendre Bebo, un réseau social acquis pour 850 millions de dollars, qui est en chute libre.

Raison de ce reflux : Facebook capte à peu près l'essentiel du marché et ne laisse que des miettes aux autres réseaux sociaux. Et puis, une tendance chasse l'autre. L'argent des venture capitalists s'oriente désormais vers une autre coqueluche du marché techno : les start-up qui élaborent des logiciels pour les iPhone et les iPad.

R.v.A.

Nos partenaires