En Flandre, quelque 4.500 camping-cars et un millier de caravanes sont vendus chaque année. Depuis quelque temps, les chiffres sont en forte augmentation (+ 10% par an en moyenne). Cependant, lorsque la crise du coronavirus a frappé, les ventes sont retombées comme un soufflé. "En avril, nous avons enregistré une baisse de plus de 80% des immatriculations de camping-cars neufs et d'occasion", déclare Frédéric François, secrétaire général de la fédération sectorielle Belgian Caravan-Camping and Motorhome Association (BCCMA). "Les ventes de la première moitié du mois de mai étaient encore largement inférieures à celles de l'année dernière, mais depuis quelques semaines, la vente et la location de camping-cars sont à nouveau au beau fixe. Si vous souhaitez louer une maison à quatre roues en Belgique pour l'été, c'est peine perdue."
...

En Flandre, quelque 4.500 camping-cars et un millier de caravanes sont vendus chaque année. Depuis quelque temps, les chiffres sont en forte augmentation (+ 10% par an en moyenne). Cependant, lorsque la crise du coronavirus a frappé, les ventes sont retombées comme un soufflé. "En avril, nous avons enregistré une baisse de plus de 80% des immatriculations de camping-cars neufs et d'occasion", déclare Frédéric François, secrétaire général de la fédération sectorielle Belgian Caravan-Camping and Motorhome Association (BCCMA). "Les ventes de la première moitié du mois de mai étaient encore largement inférieures à celles de l'année dernière, mais depuis quelques semaines, la vente et la location de camping-cars sont à nouveau au beau fixe. Si vous souhaitez louer une maison à quatre roues en Belgique pour l'été, c'est peine perdue."L'explication de ce succès soudain s'explique facilement : si vous ne voulez pas prendre l'avion dans les mois à venir et n'appréciez pas les hôtels et leurs nombreuses parties communes, vous vous retrouverez presque automatiquement dans une maison de vacances ou un camping-car. Après tout, un mobil-home ou une caravane moderne offre tous les équipements nécessaires : un espace de couchage pour quatre ou cinq personnes, une kitchenette, une télévision, un accès Internet et - last but not least - une douche et des toilettes.En outre, les nouveaux camping-cars sont presque tous équipés de la climatisation et offrent les gadgets technologiques dont dispose également une voiture ordinaire. Cela va d'un système de navigation à toutes sortes de dispositifs de sécurité, en passant par une caméra de recul. C'est bien beau, mais tout ça a bien sûr un prix (élevé). Pour un camping-car entièrement équipé pouvant accueillir quatre à cinq personnes, la note monte vite à 60.000 euros. Pour un modèle un peu moins spacieux et luxueux - les sanitaires font toujours partie des équipements standard - vous pouvez également opter pour un van. (Comprenez : une camionnette aménagée.) Ce modèle, en plein essor depuis quelques années, est disponible à partir de 45.000 euros. Avantage supplémentaire : vous pouvez tout aussi bien l'utiliser pour conduire les enfants à l'école tous les jours.Celui ou celle qui choisit de commencer par louer un camping-car après l'avoir l'essayé - ce que recommande Frédéric François - déboursera environ 1.200 euros par semaine en haute saison, contre la moitié de cette somme en basse saison. "Selon la marque et le modèle, les camping-cars peuvent encore différer légèrement les uns des autres, mais tous présentent un confort suffisant et une grande autonomie. S'il pleut pendant deux semaines au cours de vos vacances, le manque d'espace entraînera probablement une certaine frustration. Mais l'avantage d'un camping-car est qu'on peut alors simplement reprendre la route en quête de soleil. Dans tous les cas, c'est beaucoup plus agréable si vous avez une table et des chaises pliantes pour pouvoir passer le plus de temps possible dehors."Autonomie sanitaireLes vacanciers qui optent pour un camping-car ou une caravane plutôt que pour une tente sont principalement séduits par l'"autonomie sanitaire". Concrètement, ils disposent de leurs propres douches et toilettes, ce qui leur évite d'avoir à se rendre dans les sanitaires communs des campings surpeuplés. Toutefois, ils doivent veiller à remplir le réservoir d'eau et évacuer les eaux usées environ tous les deux jours. Ils peuvent le faire dans un camping ordinaire ou sur un parking de camping. Cette seconde option offre toutes les facilités nécessaires sans obligation d'y passer la nuit. En théorie, il est parfaitement possible de se déplacer pendant deux semaines sans avoir à s'arrêter dans un camping."Un réservoir d'eau peut contenir 40 à 100 litres. Or on ne consomme en général pas plus de 6 litres pour une douche", explique Frédéric François. "Une autonomie de deux à trois jours est donc garantie. Pour l'électricité, vous dépendez de la batterie, qui se recharge pendant que vous conduisez. Si vous utilisez beaucoup d'énergie le soir, vous devrez brancher le camping-car à une borne électrique un peu plus rapidement."Liberté et bonheur donc, à quelques nuances près : le camping sauvage en camping-car est l'exception plutôt que la règle en Europe. Chez nous, mais aussi en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, c'est interdit ; dans les pays scandinaves, c'est permis. Dans un camping ordinaire, vous payez, selon l'emplacement et le confort, de 20 à 35 euros par nuit.Permis de conduireÀ quoi un néophyte doit-il veiller lors de l'achat d'un camping-car ? Frédéric François : "Cela dépend de plusieurs choses : combien êtes-vous, quel âge ont les enfants, comptez-vous prendre la direction du Grand Nord ou vous prélasser sous le soleil du Sud ? En général, on conseille également de prendre un vélo, d'autant plus qu'aujourd'hui, on peut monter un porte-vélos sur presque tous les camping-cars. Tous ces facteurs pèseront dans la balance. Si vous ne partez que deux ou trois semaines par an, acheter n'est pas très rentable et il vaut donc mieux louer. Si vous optez pour l'achat, gardez à l'esprit qu'un camping-car est un investissement à long terme ; la plupart des modèles durent facilement douze à quinze ans."Un camping-car est plus grand qu'une voiture familiale traditionnelle, mais un permis B suffit jusqu'à un poids maximum de 3.500 kilos (occupants compris). Bien entendu, les fabricants en tiennent compte et dans cette catégorie de poids, il existe une large gamme pour quatre à cinq passagers. Si vous en choisissez un plus grand et plus lourd, vous aurez besoin d'un permis C1. En outre, vous devrez souscrire une assurance responsabilité civile et vous acquitter d'une taxe de circulation de plusieurs centaines d'euros par an. Le poids du camping-car est également déterminant à cet égard.Filip Michiels Traduction : virginie·dupont·sprl