La plupart des vaccins appelés à combattre le coronavirus devront être conservés à très basse température, ce qui pose un problème majeur. La glace sèche, appelée ainsi car elle ne contient pas d'eau,...

La plupart des vaccins appelés à combattre le coronavirus devront être conservés à très basse température, ce qui pose un problème majeur. La glace sèche, appelée ainsi car elle ne contient pas d'eau, supporte très mal les voyages et doit dès lors être fabriquée sur place. Mais les constructeurs de machines ne sont guère nombreux. Notre pays n'en compte qu'un seul. Basée à Gand, la société Alpha utilise depuis de nombreuses années la glace carbonique pour nettoyer des surfaces. La cryogénie constitue en effet une alternative efficace au sablage. Au contact de la surface à traiter, la glace carbonique se vaporise. Les couches à éliminer se contractent et s'éliminent facilement. Les machines nécessaires sont construites par Artimpex, une société rachetée en 2000 qui, avec une demande quadruplée, a beaucoup de mal à suivre. Toutes sont destinées à l'exportation. Pour notre pays, nous en avons assez et aucune pénurie n'est à craindre, rassure Christophe Cugniez, patron des deux entreprises.