Par ailleurs, 28% des PME ont comme projet, dans les six prochains mois, de licencier du personnel. "Vu leur situation financière, ce n'est pas illogique: seulement 31% des PME ont dégagé un bénéfice sur les six derniers mois. 45% disent que leur chiffre d'affaires a diminué au cours de la même période", souligne le SNI. "Nous appelons les divers gouvernements de ce pays à ne pas encore lancer la campagne électorale, mais à prendre des mesures pour renforcer les PME", dit Christine Mattheeuws, présidente du SNI. Selon 4 PME sur 10, ces licenciements sont des suites directes de la crise et des mauvais résultats financiers, mais il résulte également que 8% des gérants le font préventivement en vue de l'harmonisation des statuts ouvriers-employés. "Une harmonisation du statut des ouvriers vers le haut n'est vraiment pas une option. Les PME n'ont pas les moyens d'en assumer le coût", a encore réagi la présidente du SNI Christine Mattheeuws. L'enquête a été menée auprès de 749 gérants de PME. (Belga)

Par ailleurs, 28% des PME ont comme projet, dans les six prochains mois, de licencier du personnel. "Vu leur situation financière, ce n'est pas illogique: seulement 31% des PME ont dégagé un bénéfice sur les six derniers mois. 45% disent que leur chiffre d'affaires a diminué au cours de la même période", souligne le SNI. "Nous appelons les divers gouvernements de ce pays à ne pas encore lancer la campagne électorale, mais à prendre des mesures pour renforcer les PME", dit Christine Mattheeuws, présidente du SNI. Selon 4 PME sur 10, ces licenciements sont des suites directes de la crise et des mauvais résultats financiers, mais il résulte également que 8% des gérants le font préventivement en vue de l'harmonisation des statuts ouvriers-employés. "Une harmonisation du statut des ouvriers vers le haut n'est vraiment pas une option. Les PME n'ont pas les moyens d'en assumer le coût", a encore réagi la présidente du SNI Christine Mattheeuws. L'enquête a été menée auprès de 749 gérants de PME. (Belga)