Parmi les ménages belges, 54% sont des acheteurs réguliers en ligne, tandis que 39% y font leurs emplettes de manière occasionnelle, selon une analyse du bureau de consultance Sirius sur les tendances concernant les achats sur Internet. La fréquence d'achat dépend logiquement du produit concerné. Grâce à la crise sanitaire, celle des produits d'alimentation a connu une forte croissance entre 2019 et 2020, le nombre d'acheteurs réguliers passant de 6% à 12%.

Parmi les ménages achetant en ligne, 26% le font plusieurs fois par mois, 28% au maximum une fois par mois, 35% à d'épisodiques reprises sur une année et 11% ne le font pas ou maximum une fois par an.

Avec 25% d'acheteurs réguliers, la fréquence d'achat pour les articles de mode est nettement supérieure à celle de solutions de mobilité (9%) ou de livres et magazines (10%).

Globalement, les trois raisons les plus importantes pour acheter en ligne sont les prix plus faibles, l'absence de difficultés liées aux déplacements et un choix important.

L'achat d'articles de mode reste plus courant auprès des femmes. Deux tiers d'entre elles (66%) achètent au moins une fois par an ce type d'article contre 49% des hommes. La tendance est similaire pour les cosmétiques et produits de soins.

Des produits séduisant un public masculin sont par exemple les produits financiers, les paris en ligne, les pièces de voitures ou l'électronique.

Fréquence d'achats légèrement plus élevée chez le public féminin

Sur l'ensemble des achats, la fréquence est légèrement plus élevée chez le public féminin. Ainsi 28% des femmes achètent plusieurs fois par mois en ligne contre 24% des hommes. Ces derniers semblent plus sensibles au prix, à la facilité de comparer des produits et à la disponibilité de ceux-ci, là où les femmes sont plus attentives à la facilité de l'achat en ligne, comme éviter les soucis de parking, et à la livraison gratuite.

A noter encore que le taux de pénétration de l'e-commerce est le moins élevé en Wallonie et que les ménages au sud du pays sont nettement plus sensibles au prix plus bas, à la facilité et à la livraison gratuite. En Flandre, les consommateurs apprécient l'offre plus étoffée sur Internet tandis que leurs équivalents bruxellois accordent une importance particulière à la disponibilité permanente des articles.

Enfin, les sites d'e-commerce ont, sans surprise, connu une forte croissance l'an dernier. Si ceux de voyage, de transport ou du milieu culturel (musées, cinémas, etc.) ont subi une chute importante de popularité, les produits de mode et de "première nécessité" ont vécu l'effet inverse, avec davantage de transactions en ligne pour des produits alimentaires et de pharmacie/parapharmacie.

Parmi les ménages belges, 54% sont des acheteurs réguliers en ligne, tandis que 39% y font leurs emplettes de manière occasionnelle, selon une analyse du bureau de consultance Sirius sur les tendances concernant les achats sur Internet. La fréquence d'achat dépend logiquement du produit concerné. Grâce à la crise sanitaire, celle des produits d'alimentation a connu une forte croissance entre 2019 et 2020, le nombre d'acheteurs réguliers passant de 6% à 12%.Parmi les ménages achetant en ligne, 26% le font plusieurs fois par mois, 28% au maximum une fois par mois, 35% à d'épisodiques reprises sur une année et 11% ne le font pas ou maximum une fois par an. Avec 25% d'acheteurs réguliers, la fréquence d'achat pour les articles de mode est nettement supérieure à celle de solutions de mobilité (9%) ou de livres et magazines (10%). Globalement, les trois raisons les plus importantes pour acheter en ligne sont les prix plus faibles, l'absence de difficultés liées aux déplacements et un choix important. L'achat d'articles de mode reste plus courant auprès des femmes. Deux tiers d'entre elles (66%) achètent au moins une fois par an ce type d'article contre 49% des hommes. La tendance est similaire pour les cosmétiques et produits de soins. Des produits séduisant un public masculin sont par exemple les produits financiers, les paris en ligne, les pièces de voitures ou l'électronique.Fréquence d'achats légèrement plus élevée chez le public féminin Sur l'ensemble des achats, la fréquence est légèrement plus élevée chez le public féminin. Ainsi 28% des femmes achètent plusieurs fois par mois en ligne contre 24% des hommes. Ces derniers semblent plus sensibles au prix, à la facilité de comparer des produits et à la disponibilité de ceux-ci, là où les femmes sont plus attentives à la facilité de l'achat en ligne, comme éviter les soucis de parking, et à la livraison gratuite. A noter encore que le taux de pénétration de l'e-commerce est le moins élevé en Wallonie et que les ménages au sud du pays sont nettement plus sensibles au prix plus bas, à la facilité et à la livraison gratuite. En Flandre, les consommateurs apprécient l'offre plus étoffée sur Internet tandis que leurs équivalents bruxellois accordent une importance particulière à la disponibilité permanente des articles. Enfin, les sites d'e-commerce ont, sans surprise, connu une forte croissance l'an dernier. Si ceux de voyage, de transport ou du milieu culturel (musées, cinémas, etc.) ont subi une chute importante de popularité, les produits de mode et de "première nécessité" ont vécu l'effet inverse, avec davantage de transactions en ligne pour des produits alimentaires et de pharmacie/parapharmacie.