Bâtiments qui se déglinguent faute d'entretien, 10% des locaux installés dans des conteneurs: les infrastructures scolaires de Flandre font piètre figure. Afin d'y remédier, le gouvernement régional a décidé d'investir 3 milliards d'euros dans la construction d'écoles sous cette législature. C'est 500 millions de plus que sous la précé...

Bâtiments qui se déglinguent faute d'entretien, 10% des locaux installés dans des conteneurs: les infrastructures scolaires de Flandre font piètre figure. Afin d'y remédier, le gouvernement régional a décidé d'investir 3 milliards d'euros dans la construction d'écoles sous cette législature. C'est 500 millions de plus que sous la précédente. Dans ce total, 1 milliard ira au programme DBFM (Design Build, Finance and Maintenance). Initié en 2006 et actuellement en voie d'achèvement, il a déjà permis l'érection de 169 écoles. Le premier coup de pelle du 182e et dernier chantier a été donné le mois dernier à Saint-Trond où un nouvel établissement secondaire ouvrira ses portes en 2023. Un second milliard devrait permettre la construction de 120 écoles supplémentaires au financement desquelles l'épargnant flamand sera invité pour la première fois à participer. Mais pas tout de suite... Compte tenu de la lenteur des procédures, aucun nouveau chantier ne devrait en effet s'ouvrir avant 2024. Les modalités pratiques de cet investissement par des particuliers restent encore à définir mais sa rémunération sera en tout cas "conforme au marché", a promis Ben Weyts, ministre en charge de l'Enseignement. Il sera également sécurisé dans la mesure où le particulier ne pourra entrer dans le capital qu'au moment où tout risque lié à la construction proprement dite aura disparu. Autre nouveauté annoncée par le ministre: l'obligation imposée aux écoles de partager leurs infrastructures sportives en dehors des heures de cours. Dans tous les nouveaux projets, une attention toute particulière sera, au demeurant, prêtée à "un usage multifonctionnel" des infrastructures scolaires.