La société Vyncke, qui a vu le jour en Flandre occidentale, a aujourd'hui 106 ans. Elle est spécialisée dans les installations industrielles permettant de convertir la biomasse en énergie verte. Dès les années 1970, le CEO de l'époque, Dirk Vyncke, avait déjà initié l'approche d'une série de marchés d'exportation lointains avec cette technologie. Aujourd'hui, le groupe familial possède plusieurs filiales dans le monde, notamment en Amérique latine et en Asie.

Prendre des risques, tout en restant prudent

L'actuel CEO, Peter Vyncke, attribue la belle réussite de l'entreprise à deux facteurs : " Tout d'abord, l'internationalisation, qui nous permet de répartir le risque au niveau mondial, avec comme mot d'ordre " "Il y a toujours bien un endroit sur la planète où les affaires vont bien". Cela nous apporte une base pour assurer la continuité. Ensuite, notre prudence financière. Nous avons toujours pris beaucoup de risques - internationaux, géographiques, technologiques - mais quand il s'agit des finances, nous optons systématiquement pour la prudence. "

Lire également : Unibra : " Un scénario de croissance pour l'Afrique "

Le chiffre d'affaires de Vyncke devrait tourner autour des 90 millions d'euros en 2018, et un carnet de commandes bien rempli promet une belle croissance pour les années à venir. " Cette forte croissance est liée au fait que nous avons pu construire de beaux projets de référence dans différents pays. Nos clients sont souvent des multinationales, qui font généralement appel à notre expertise dans le monde entier. De plus, nous sommes désormais capables d'assumer des installations de plus en plus grandes ", explique le COO Stefaan Lauwers.

Les tensions géopolitiques ont toujours existé

Devenue elle-même une multinationale, Vyncke ne peut que constater l'intensification des tensions dans l'économie mondiale. " Bien sûr, on pointe aujourd'hui le protectionnisme du président Trump, mais cela a toujours existé. Les marchés souffrent toujours lorsque la politique ou l'économie prennent une tournure brutale ", affirme le directeur du marketing, Jef Mestdagh. " Le mois dernier encore, un de nos clients en Turquie a reporté sa commande à cause des problèmes de la livre turque. "

Lire également : " L'ordre économique mondial est remis en question "

" Mais nous sommes positifs car nous continuons à découvrir de nouvelles opportunités dans d'autres pays. Notre stratégie de déploiement géographique, avec une présence dans le plus grand nombre de pays possible, nous permet de ne pas être trop dépendants de l'instabilité politique ou d'une crise économique. Cette flexibilité est un véritable atout. "

L'ordre mondial en mutation est un des thèmes du Credendo Trade Forum, le rendez-vous annuel des exportateurs. Le Forum se tiendra le 15 novembre à Bruxelles. Pour de plus amples informations : www.credendoforum2018.be.