La nature connaît un déclin à l'échelle mondiale et, malheureusement, selon un rythme sans précédent dans l'histoire de l'Humanité. Le taux d'extinction des espèces augmente, avec des conséquences d'une gravité extrême. Environ un million d'espèces animales et végétales sont aujourd'hui menacées d'extinction. Un douloureux constat, observé en seulement quelques décennies pour nombre d'entre elles.

Dire non aux entreprises nuisibles

Triodos préconise une conception totalement différente de la manière dont nous produisons, commercialisons et consommons les aliments. Pour Triodos, les organismes de placement ne devraient investir que dans des initiatives ayant un impact positif sur les personnes et l'environnement. De plus, la nature elle-même possède une valeur susceptible d'être protégée par les institutions financières et les décideurs politiques.

Depuis sa création en 1980, les services et produits de placement de Triodos n'ont investi que dans des activités ne nuisant pas à la biodiversité. Sur base de nos exigences minimales en matière de financement et d'investissement, nous excluons, par exemple, les entreprises impliquées dans la déforestation, la pollution de l'environnement, la production de pesticides ou l'exploitation minière.

Des choix réfléchis, un impact positif sur la biodiversité

Avec les fonds Triodos, nous voulons accélérer la transition vers des systèmes agricoles plus responsables. Les fonds composés d'actions et d'obligations dites " d'impact " investissent donc dans des entreprises à la pointe de la transition vers un système agricole et alimentaire durable. C'est, par exemple, le cas des entreprises qui incluent dans leur offre des aliments à base de protéines végétales, plus saines, plus économes en eau et moins émettrice de CO2 que les protéines animales.

L'impact de cette démarche se mesure très concrètement. Ainsi, les fermes que Triodos a financé en 2019 produisent l'équivalent de 31 millions de repas. De quoi nourrir durablement environ 28 000 personnes. Au total, ce sont environ 34 000 hectares de terres agricoles biologiques qui ont été financés dans toute l'Europe. Soit la taille de 13 terrains de football et l'équivalent de 550 repas par an/par terrain. A cela s'ajoute le financement de 31 000 hectares de réserves naturelles (protégées).

Pour que le déploiement de la biodiversité s'étende le plus largement possible, Triodos travaille également avec d'autres institutions financières. Dans le cadre du Partnership Biodiversity Accounting Financials (PBAF), elles étudient les manières de contribuer à la protection et à l'utilisation durable de la biodiversité mais également à la façon de calculer ou mesurer l'impact des investissements envisagés. Les institutions financières peuvent utiliser ces connaissances afin de formuler des politiques d'investissement qui tiennent compte de cette précieuse biodiversité.

(S)'investir de façon durable ? Avec Triodos, vous allez plus loin.

Découvrez comment.

La nature connaît un déclin à l'échelle mondiale et, malheureusement, selon un rythme sans précédent dans l'histoire de l'Humanité. Le taux d'extinction des espèces augmente, avec des conséquences d'une gravité extrême. Environ un million d'espèces animales et végétales sont aujourd'hui menacées d'extinction. Un douloureux constat, observé en seulement quelques décennies pour nombre d'entre elles.Triodos préconise une conception totalement différente de la manière dont nous produisons, commercialisons et consommons les aliments. Pour Triodos, les organismes de placement ne devraient investir que dans des initiatives ayant un impact positif sur les personnes et l'environnement. De plus, la nature elle-même possède une valeur susceptible d'être protégée par les institutions financières et les décideurs politiques.Depuis sa création en 1980, les services et produits de placement de Triodos n'ont investi que dans des activités ne nuisant pas à la biodiversité. Sur base de nos exigences minimales en matière de financement et d'investissement, nous excluons, par exemple, les entreprises impliquées dans la déforestation, la pollution de l'environnement, la production de pesticides ou l'exploitation minière.Avec les fonds Triodos, nous voulons accélérer la transition vers des systèmes agricoles plus responsables. Les fonds composés d'actions et d'obligations dites " d'impact " investissent donc dans des entreprises à la pointe de la transition vers un système agricole et alimentaire durable. C'est, par exemple, le cas des entreprises qui incluent dans leur offre des aliments à base de protéines végétales, plus saines, plus économes en eau et moins émettrice de CO2 que les protéines animales.L'impact de cette démarche se mesure très concrètement. Ainsi, les fermes que Triodos a financé en 2019 produisent l'équivalent de 31 millions de repas. De quoi nourrir durablement environ 28 000 personnes. Au total, ce sont environ 34 000 hectares de terres agricoles biologiques qui ont été financés dans toute l'Europe. Soit la taille de 13 terrains de football et l'équivalent de 550 repas par an/par terrain. A cela s'ajoute le financement de 31 000 hectares de réserves naturelles (protégées).Pour que le déploiement de la biodiversité s'étende le plus largement possible, Triodos travaille également avec d'autres institutions financières. Dans le cadre du Partnership Biodiversity Accounting Financials (PBAF), elles étudient les manières de contribuer à la protection et à l'utilisation durable de la biodiversité mais également à la façon de calculer ou mesurer l'impact des investissements envisagés. Les institutions financières peuvent utiliser ces connaissances afin de formuler des politiques d'investissement qui tiennent compte de cette précieuse biodiversité. (S)'investir de façon durable ? Avec Triodos, vous allez plus loin.Découvrez comment.