Un nouvel ordre économique dans lequel l'Asie prédominera

L'Asie est devenue un moteur de la croissance économique mondiale au cours des deux dernières décennies, sa démographie et la digitalisation ayant alimenté son expansion. D'un marché caractérisé par une main-d'oeuvre et des exportations peu onéreuses, le continent s'oriente désormais vers un modèle de croissance plus durable et de meilleure qualité. En 2020, la gestion de la crise du COVID-19 a contribué à assurer sa résilience économique. La pandémie a rebattu les cartes et a été un catalyseur dans ce mouvement déjà bien enclenché, si bien que nous nous attendons à ce qu'un nouvel ordre économique prévale, au sein duquel l'importance de l'Asie pour l'économie mondiale prédominera.

Effectivement, selon certaines prévisions*, la Chine, l'Inde, le Japon et l'Indonésie constitueront quatre des cinq plus grandes économies d'ici 2024. Avec, en toute logique, l'empire du Milieu au sommet. Cet essor s'explique notamment par le fait que les pays asiatiques disposent d'une population jeune et en expansion, qui bénéficie d'une augmentation des revenus permettant à de plus en plus de personnes de rejoindre les classes moyennes. Cela laisse entrevoir une croissance économique importante dans toute la région au cours des prochaines années, portée par une augmentation de la consommation de biens et de services. Et pour cause, les dépenses des classes moyennes asiatiques devraient atteindre 35 000 milliards de dollars d'ici à 2030.

L'innovation, moteur incontournable de la croissance

De plus, depuis quelques années les gouvernements asiatiques mettent l'accent sur l'ouverture de leurs économies et de leurs marchés financiers aux investisseurs internationaux, ainsi que sur la nécessité de revitaliser certaines structures nationales qui soutiennent leur activité. En Chine, par exemple, des programmes tels que " Made in China 2025 " ou encore " Belt and Road ", ont pour objectif de faire progresser les chaînes de valeur vers des industries d'avenir. Le gouvernement a fait connaître sa vision pour que la Chine devienne un producteur à forte valeur ajoutée et un leader mondial dans des domaines tels que l'intelligence artificielle, la robotique, les technologies de l'information et les énergies propres.

Il est vrai que les technologies innovantes et la digitalisation sont très plébiscitées en Asie, en partie en raison de la structure démographique plus jeune de la région. In fine, l'innovation stimule la croissance dans de nombreux secteurs, allant de la vente au détail à l'industrie bancaire en passant par l'industrie manufacturière ou encore les transports. Cela constitue un moteur important de la dynamique économique de la région : au cours des 20 dernières années, il est estimé que l'innovation technologique a contribué à près d'un tiers de la croissance par habitant en Asie.

Une amélioration de la gouvernance des entreprises asiatiques

Dans le même temps, un certain nombre d'entreprises asiatiques en phase d'expansion, disposant de bilans plus solides et plus stables commencent également à mieux rémunérer les actionnaires minoritaires (distribution de dividendes, etc.).

Ces dernières années, la croissance des dividendes en Asie a été supérieure à celle des autres marchés et cette situation est généralement soutenue par un environnement réglementaire évolutif qui encourage une meilleure gouvernance d'entreprise. En Corée, par exemple, d'un point de vue fiscal, les entreprises sont soumises à des pénalités si elles accumulent trop de liquidités, tandis qu'elles bénéficient d'incitations si ces liquidités sont mises au service des actionnaires.

Toutefois, les entreprises asiatiques sont encore sous-représentées au sein des indices boursiers mondiaux si bien que les investisseurs étrangers y restent mécaniquement sous-exposés. Un constat qui a tendance à s'inverser.

Les enjeux ESG s'invitent au débat en Asie

Nous constatons donc que les entreprises asiatiques ont à coeur d'améliorer leur gouvernance, mais nous pouvons également observer des progrès sur les questions environnementales et sociales - des domaines où les entreprises asiatiques ont historiquement été à la traîne par rapport à leurs homologues européennes, et où souvent, elles ne communiquent pas suffisamment sur leurs pratiques. Cependant, la donne est en train de changer : nous nous attendons à ce que cet intérêt pour les enjeux liés au développement durable s'accentue avec une plus grande appétence des nouvelles générations sur ces questions, mais aussi avec une hausse des flux de capitaux internationaux. Par ailleurs, de plus en plus de pays asiatiques mettent en place de nouvelles réglementations plus strictes incitant les entreprises à gagner en transparence en matière 'ESG. Si l'Asie se situe à un stade précoce de son intégration des enjeux de développement durable, l'impact positif potentiel et la marge de progression des entreprises en la matière sont immenses pour les investisseurs.

* Sources : World, IMF, Statista, Juillet 2020

Cliquez ici pour plus d'infos.

Informations sur les risques

  • Ce document à caractère promotionnel est exclusivement destiné aux professionnels de l'investissement et ne doit pas être diffusé à des investisseurs particuliers.
  • La valeur des investissements et des revenus qui en découlent peut évoluer à la hausse comme à la baisse et le client est susceptible de ne pas récupérer l'intégralité du montant initialement investi.
  • Les investisseurs doivent prendre note du fait que les opinions énoncées peuvent ne plus être d'actualité et avoir déjà été mises à exécution.
  • Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
  • Les investissements à l'étranger peuvent être affectés par l'évolution des taux de change des devises.
  • Les investissements sur les marchés émergents peuvent être plus volatils que ceux sur d'autres marchés plus développés.
  • La priorité accordée par le gérant aux titres de sociétés qui jouissent d'une solide réputation en matière de développement durable peut impacter la performance du fonds de manière favorable ou défavorable par rapport à la performance de produits identiques sans ce même parti pris. Les caractéristiques durables d'un titre peuvent changer avec le temps.

Informations importantes

Ce document ne peut être reproduit ou distribué sans autorisation préalable. Fidelity fournit uniquement des informations sur ses produits et n'émet pas de recommandations d'investissement fondées sur des circonstances spécifiques, ce document ne constitue ni une offre de souscription, ni un conseil personnalisé.

Fidelity International fait référence au groupe de sociétés qui forme la structure globale de gestion de placements qui fournit l'information sur les produits et services dans les juridictions désignées à l'exception de l'Amérique du Nord. Cette information n'est pas destinée et ne peut être utilisée par des résidents aux Etats-Unis et s'adresse uniquement aux personnes qui sont domiciliées dans un pays ou territoire où la distribution des compartiments mentionnés est autorisée, ou dans lesquels cette autorisation n'est pas exigée.

Sauf cas contraire, toutes les informations communiquées sont celles de Fidelity International, et tous les points de vue exprimés sont ceux de Fidelity International. Fidelity, Fidelity International, le logo Fidelity International ainsi que le symbole F sont des marques déposées de FIL Limited.

Nous vous recommandons de vous informer soigneusement avant toute décision d'investissement. Tout investissement doit se faire sur la base du prospectus/DICI (document d'information clé pour l'investisseur) et des rapports annuels et semi-annuels actuellement en vigueur, disponibles gratuitement en français ainsi qu'en flamand sur simple demande auprès notre Centre de Service Européen à Luxembourg, de nos Distributeurs dont la liste est disponible sur notre site internet https://www.fidelity.be ainsi que de notre agent chargé du service financier en Belgique, CACEIS Belgium S.A, dont le siège social est établi Avenue du Port 86C, b320, 1000 - Bruxelles.

21BE0503 / CEM21CE0151

L'Asie est devenue un moteur de la croissance économique mondiale au cours des deux dernières décennies, sa démographie et la digitalisation ayant alimenté son expansion. D'un marché caractérisé par une main-d'oeuvre et des exportations peu onéreuses, le continent s'oriente désormais vers un modèle de croissance plus durable et de meilleure qualité. En 2020, la gestion de la crise du COVID-19 a contribué à assurer sa résilience économique. La pandémie a rebattu les cartes et a été un catalyseur dans ce mouvement déjà bien enclenché, si bien que nous nous attendons à ce qu'un nouvel ordre économique prévale, au sein duquel l'importance de l'Asie pour l'économie mondiale prédominera.Effectivement, selon certaines prévisions*, la Chine, l'Inde, le Japon et l'Indonésie constitueront quatre des cinq plus grandes économies d'ici 2024. Avec, en toute logique, l'empire du Milieu au sommet. Cet essor s'explique notamment par le fait que les pays asiatiques disposent d'une population jeune et en expansion, qui bénéficie d'une augmentation des revenus permettant à de plus en plus de personnes de rejoindre les classes moyennes. Cela laisse entrevoir une croissance économique importante dans toute la région au cours des prochaines années, portée par une augmentation de la consommation de biens et de services. Et pour cause, les dépenses des classes moyennes asiatiques devraient atteindre 35 000 milliards de dollars d'ici à 2030.De plus, depuis quelques années les gouvernements asiatiques mettent l'accent sur l'ouverture de leurs économies et de leurs marchés financiers aux investisseurs internationaux, ainsi que sur la nécessité de revitaliser certaines structures nationales qui soutiennent leur activité. En Chine, par exemple, des programmes tels que " Made in China 2025 " ou encore " Belt and Road ", ont pour objectif de faire progresser les chaînes de valeur vers des industries d'avenir. Le gouvernement a fait connaître sa vision pour que la Chine devienne un producteur à forte valeur ajoutée et un leader mondial dans des domaines tels que l'intelligence artificielle, la robotique, les technologies de l'information et les énergies propres.Il est vrai que les technologies innovantes et la digitalisation sont très plébiscitées en Asie, en partie en raison de la structure démographique plus jeune de la région. In fine, l'innovation stimule la croissance dans de nombreux secteurs, allant de la vente au détail à l'industrie bancaire en passant par l'industrie manufacturière ou encore les transports. Cela constitue un moteur important de la dynamique économique de la région : au cours des 20 dernières années, il est estimé que l'innovation technologique a contribué à près d'un tiers de la croissance par habitant en Asie.Dans le même temps, un certain nombre d'entreprises asiatiques en phase d'expansion, disposant de bilans plus solides et plus stables commencent également à mieux rémunérer les actionnaires minoritaires (distribution de dividendes, etc.).Ces dernières années, la croissance des dividendes en Asie a été supérieure à celle des autres marchés et cette situation est généralement soutenue par un environnement réglementaire évolutif qui encourage une meilleure gouvernance d'entreprise. En Corée, par exemple, d'un point de vue fiscal, les entreprises sont soumises à des pénalités si elles accumulent trop de liquidités, tandis qu'elles bénéficient d'incitations si ces liquidités sont mises au service des actionnaires.Toutefois, les entreprises asiatiques sont encore sous-représentées au sein des indices boursiers mondiaux si bien que les investisseurs étrangers y restent mécaniquement sous-exposés. Un constat qui a tendance à s'inverser.Nous constatons donc que les entreprises asiatiques ont à coeur d'améliorer leur gouvernance, mais nous pouvons également observer des progrès sur les questions environnementales et sociales - des domaines où les entreprises asiatiques ont historiquement été à la traîne par rapport à leurs homologues européennes, et où souvent, elles ne communiquent pas suffisamment sur leurs pratiques. Cependant, la donne est en train de changer : nous nous attendons à ce que cet intérêt pour les enjeux liés au développement durable s'accentue avec une plus grande appétence des nouvelles générations sur ces questions, mais aussi avec une hausse des flux de capitaux internationaux. Par ailleurs, de plus en plus de pays asiatiques mettent en place de nouvelles réglementations plus strictes incitant les entreprises à gagner en transparence en matière 'ESG. Si l'Asie se situe à un stade précoce de son intégration des enjeux de développement durable, l'impact positif potentiel et la marge de progression des entreprises en la matière sont immenses pour les investisseurs.* Sources : World, IMF, Statista, Juillet 2020Cliquez ici pour plus d'infos.