"Tapio recevra un financement de 500 000 euros pour poursuivre la réalisation de son projet d'innovation stratégique au cours des prochaines années." a déclaré Barbara Trachte, Secrétaire d'Etat bruxelloise à la Recherche scientifique.

L'entreprise belge est la grande gagnante du prix "Innovative Starters Awards" (ISA) grâce au développement d'une plateforme innovative et dans l'ère du développement durable.

Les critères écologique et social privilégiés

Innoviris est un organisme public qui finance et soutient la recherche et l'innovation dans la Région de Bruxelles-Capitale. A partir de 2010, l'organisme crée les "Innovative Starters Awards" dans le but de soutenir les entrepreneurs bruxellois. Le lauréat remporte un chèque de 500 000 euros pour développer son activité.

La dimension écologique et l'impact social du projet sur la région bruxelloise ont été deux critères importants pour cette 11ème édition. Le lauréat de cette année, l'entreprise belge "Tapio", recevra donc un fonds de 500 000 euros pour booster sa stratégie recherche et développement en utilisant les technologies d'intelligence artificielle (IA), le Machine Learning et les données climatiques comme leviers principaux.

Avec ce programme de financement, Innoviris a pour objectif de s'adresser aux entrepreneurs de la région bruxelloise et leur offrir du soutien pour innover.

Nous sommes convaincus que la solution au changement climatique doit venir des entreprises. Nous voulons que chaque entreprise puisse jouer son rôle et nous rendons cela possible grâce à la technologie. Grâce à Innoviris et à son programme ISA, nous serons en mesure d'accélérer considérablement le développement de nos outils en utilisant l'IA à bon escient. Il s'agit d'une opportunité incroyable et notre équipe est très enthousiaste à l'idée de la concrétiser.

Louis Collinet, Cofondateur, directeur général.

Louis Collinet, co-fondateur., Tapio
Louis Collinet, co-fondateur. © Tapio

Tapio, quésako ?

Tapio est un logiciel de gestion du carbone tout-en-un permettant aux entreprises de contribuer à la neutralité carbone. Les outils proposés sur la plateforme permettent ainsi de guider les entreprises vers le développement durable et inscrire leur activité dans la transition écologique.

Tapio travaille sur trois piliers principaux: la compréhension de la situation climatique ; la mise en place d'un plan d'action adapté ; et la communication de celui-ci.

Concrètement, ces outils vont permettre à n'importe quelle entreprise de gérer sa stratégie climatique, de mesurer ses émissions de CO2, puis de mettre en place des solutions pour les réduire. A travers cette plateforme, l'objectif est donc d'encourager les entreprises à développer leurs activités tout en prenant en compte leur empreinte écologique.

Capture d'écran de la plateforme Tapio., Tapio
Capture d'écran de la plateforme Tapio. © Tapio

Mais l'entreprise seule n'est pas l'unique cible de la plateforme. L'ensemble de la chaîne d'approvisionnement et de l'écosystème est ici visée, puisque qu'elle représente en moyenne plus de 80% des émissions. L'équipe d'experts de Tapio développe donc des solutions qui permettent d'intégrer les partenaires commerciaux d'une entreprise sur la plateforme et ainsi créer un écosystème d'entreprises durables.

Une innovation dans l'ère du temps

Donner ce prix à une telle entreprise n'est pas anodin quand on s'intéresse un temps soit peu à la politique européenne sur le sujet. En effet, la Commission européenne semble bien déterminée à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) sur ces trente prochaines années, et ainsi atteindre la neutralité carbone en 2050.

Dans le cadre du Pacte Vert européen (ou Green Deal), la Commission a adopté un ensemble de propositions "de sorte à permettre à l'Union de réduire ses émissions nettes de gaz à effet de serre d'au moins 55 % d'ici à 2030" (par rapport aux niveaux de 1990).

Pour l'institution présidée par Ursula von der Leyen , il est "essentiel de réduire les émissions" dans cette proportion au cours de la prochaine décennie, "pour que l'Europe soit le premier continent à parvenir à la neutralité climatique d'ici à 2050". Une telle ambition implique des mesures fortes et des changements radicaux pour les Etats membres.

La Commission présente les instruments législatifs visant à transformer en profondeur notre économie et notre société pour construire un avenir équitable, écologique et prospère.

Via le Communiqués du 14 juillet 2021

Dans l'Union européenne, c'est le système d'échange de quotas d'émission qui fixe le prix du carbone . Et la Commission souhaite abaisser chaque année le plafond applicable aux émissions de certains secteurs économiques.

Jusqu'à maintenant, selon la Commission, il a permis de réduire les émissions des secteurs de la production d'électricité et des industries à forte intensité énergétique de 42,8 % au cours des seize dernières années. La Commission veut abaisser davantage ce plafond global des émission et relever son taux annuel de réduction. Dans ce cadre, la Commission souhaite également augmenter la taille des Fonds pour l'innovation et la modernisation.

Nombre d'entreprises européennes vont donc devoir regarder de plus près leurs émissions carbones. Ce qui annonce de beaux jours pour Tapio et ses deux lauréats.

Aurore Dessaigne

"Tapio recevra un financement de 500 000 euros pour poursuivre la réalisation de son projet d'innovation stratégique au cours des prochaines années." a déclaré Barbara Trachte, Secrétaire d'Etat bruxelloise à la Recherche scientifique. L'entreprise belge est la grande gagnante du prix "Innovative Starters Awards" (ISA) grâce au développement d'une plateforme innovative et dans l'ère du développement durable.Innoviris est un organisme public qui finance et soutient la recherche et l'innovation dans la Région de Bruxelles-Capitale. A partir de 2010, l'organisme crée les "Innovative Starters Awards" dans le but de soutenir les entrepreneurs bruxellois. Le lauréat remporte un chèque de 500 000 euros pour développer son activité. La dimension écologique et l'impact social du projet sur la région bruxelloise ont été deux critères importants pour cette 11ème édition. Le lauréat de cette année, l'entreprise belge "Tapio", recevra donc un fonds de 500 000 euros pour booster sa stratégie recherche et développement en utilisant les technologies d'intelligence artificielle (IA), le Machine Learning et les données climatiques comme leviers principaux. Avec ce programme de financement, Innoviris a pour objectif de s'adresser aux entrepreneurs de la région bruxelloise et leur offrir du soutien pour innover. Tapio est un logiciel de gestion du carbone tout-en-un permettant aux entreprises de contribuer à la neutralité carbone. Les outils proposés sur la plateforme permettent ainsi de guider les entreprises vers le développement durable et inscrire leur activité dans la transition écologique.Tapio travaille sur trois piliers principaux: la compréhension de la situation climatique ; la mise en place d'un plan d'action adapté ; et la communication de celui-ci. Concrètement, ces outils vont permettre à n'importe quelle entreprise de gérer sa stratégie climatique, de mesurer ses émissions de CO2, puis de mettre en place des solutions pour les réduire. A travers cette plateforme, l'objectif est donc d'encourager les entreprises à développer leurs activités tout en prenant en compte leur empreinte écologique.Mais l'entreprise seule n'est pas l'unique cible de la plateforme. L'ensemble de la chaîne d'approvisionnement et de l'écosystème est ici visée, puisque qu'elle représente en moyenne plus de 80% des émissions. L'équipe d'experts de Tapio développe donc des solutions qui permettent d'intégrer les partenaires commerciaux d'une entreprise sur la plateforme et ainsi créer un écosystème d'entreprises durables. Donner ce prix à une telle entreprise n'est pas anodin quand on s'intéresse un temps soit peu à la politique européenne sur le sujet. En effet, la Commission européenne semble bien déterminée à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) sur ces trente prochaines années, et ainsi atteindre la neutralité carbone en 2050.Dans le cadre du Pacte Vert européen (ou Green Deal), la Commission a adopté un ensemble de propositions "de sorte à permettre à l'Union de réduire ses émissions nettes de gaz à effet de serre d'au moins 55 % d'ici à 2030" (par rapport aux niveaux de 1990). Pour l'institution présidée par Ursula von der Leyen , il est "essentiel de réduire les émissions" dans cette proportion au cours de la prochaine décennie, "pour que l'Europe soit le premier continent à parvenir à la neutralité climatique d'ici à 2050". Une telle ambition implique des mesures fortes et des changements radicaux pour les Etats membres.Dans l'Union européenne, c'est le système d'échange de quotas d'émission qui fixe le prix du carbone . Et la Commission souhaite abaisser chaque année le plafond applicable aux émissions de certains secteurs économiques. Jusqu'à maintenant, selon la Commission, il a permis de réduire les émissions des secteurs de la production d'électricité et des industries à forte intensité énergétique de 42,8 % au cours des seize dernières années. La Commission veut abaisser davantage ce plafond global des émission et relever son taux annuel de réduction. Dans ce cadre, la Commission souhaite également augmenter la taille des Fonds pour l'innovation et la modernisation.Nombre d'entreprises européennes vont donc devoir regarder de plus près leurs émissions carbones. Ce qui annonce de beaux jours pour Tapio et ses deux lauréats.Aurore Dessaigne