Tout sur Fortis

Fortis: la transaction de 1,3 milliard d'euros définitive, déjà 200.000 demandes

L'accord de transaction de 1,3 milliard d'euros que l'assureur Ageas a conclu avec les organisations d'actionnaires lésés de Fortis, est définitif. En d'autres termes, l'héritier juridique de Fortis Holding, ayant déjà reçu 20.000 demandes, a décidé de ne pas faire usage de son droit de résiliation à la suite de l'accord transactionnel jugé contraignant le 13 juillet dernier par la justice néerlandaise.

Fortis: "L'indemnisation des actionnaires lésés était notre priorité", assure le parquet

L'indemnisation des actionnaires lésés de Fortis était notre priorité, bien au-delà des coûts qu'engendrerait un tel procès, a indiqué Ine Van Wymersch, porte-parole du parquet de Bruxelles, lors d'un briefing sur l'affaire jeudi matin. Le ministère public a décidé de ne poursuivre aucun des sept (anciens) administrateurs de Fortis. La chambre du conseil doit encore se prononcer.

"Les puissants échappent très souvent à la sanction"

Le parquet de Bruxelles a décidé de ne plus requérir de poursuites dans le cadre du dossier relatif au groupe bancaire Fortis. "Tout cela démontre la désorganisation de la justice, le sous-financement. Encore une fois, les puissants échappent à la sanction", a réagit Mischaël Modrikamen, qui représente quelque 1.300 actionnaires "lésés" de l'ex-Fortis.

Affaire Fortis: il n'y aura pas de procès

Plus de 10 ans après la débâcle de Fortis, le parquet de Bruxelles a décidé de ne plus requérir de poursuites dans le cadre du dossier relatif au groupe bancaire, a-t-il annoncé jeudi.

"Plus vous sauvez de banques, plus vous acquérez de l'expérience"

"Je crois pouvoir dire que je sais aujourd'hui comment fonctionne une banque", atteste Koen Van Loo. Ce qui n'était pas vraiment le cas il y a 10 ans, lorsqu'il a été appelé à la rescousse de Fortis et Dexia. " A l'époque, je n'avais pour ainsi dire jamais vu une banque de près. "

" Nous n'avions pas la boîte à outils "

Il est aujourd'hui ministre des Affaires étrangères, mais à l'époque de la crise, Didier Reynders était le grand argentier du gouvernement d'Yves Leterme. Il est aux premières loges quand, le week-end du 27-28 septembre 2008, la crise frappe la Belgique de plein fouet. Il a alors bien peu d'outils pour faire face aux événements.

Dix ans après, tout savoir sur la chute de Fortis

Si l'année 2008 est marquée, pour l'histoire, du sceau de la plus grave crise financière depuis les années 1930, les prémices de cette crise remontent à l'année précédente avec la défaillance, en juin 2017, de deux fonds spéculatifs de la banque américaine Bear Stearns et le gel, début août, par BNP Paribas, de trois fonds exposés au marché immobilier américain. C'est au cours de cet été 2007 que le grand public découvre, sans toutefois toujours bien en comprendre les contours, les termes financiers "subprime", "CDO", "CDS", "ABS" ou "titrisation"...

Dix dates pour comprendre la crise du système financier mondial de 2008

Il y a des anniversaires qu'il est impossible d'oublier. Voici 10 ans, le système financier mondial frôlait l'implosion. Pendant 10 semaines, nous allons revenir sur les histoires les plus emblématiques de cette crise exceptionnelle. Nous débutons cette série en retraçant la formation de cette crise, en nous attardant sur 10 dates clés entre l'éclatement de la bulle immobilière aux Etats-Unis et la chute de Fortis. Le voyage au coeur de la crise démarre. Bouclez votre ceinture.

Feu vert au deal sur Fortis

La Justice néerlandaise a avalisé l'accord à l'amiable conclu entre Ageas et les associations d'actionnaires s'estimant lésés. Un deal à 1,3 milliard d'euros.

Fortis: la cour de justice d'Amsterdam confirme le règlement de 1,3 milliard d'euros

Près de 10 ans après la chute de Fortis, des actionnaires lésés du bancassureur belgo-néerlandais vont pouvoir récupérer une partie de leur mise. La cour de justice d'Amsterdam a en effet décidé vendredi de déclarer "contraignant" le projet de règlement conclu entre Ageas, le successeur légal de Fortis, et des associations d'actionnaires lésés. Ce caractère contraignant ne concerne toutefois pas l'association néerlandaise Vereniging van Effectenbezitters (VEB), mais cette exception ne devrait pas avoir de conséquence sur le règlement dans son ensemble, selon les juges.

A nouveau le Jour-J pour les actionnaires de Fortis

Près de 10 ans après la chute du bancassureur belgo-néerlandais Fortis, des actionnaires lésés vont peut-être récupérer une partie de leurs pertes. La cour de justice d'Amsterdam se prononce en effet ce vendredi, après la clôture des marchés, sur le caractère contraignant ou non du règlement Fortis. Ce règlement, le plus important de ce genre en Europe, a vu Ageas, le successeur légal de Fortis Holding, mettre 1,3 milliard d'euros sur la table pour solder définitivement cette affaire héritée du démantèlement de Fortis en 2008.

'Oui, la Belgique a laissé filer ses multinationales'

"En Belgique, il ne reste plus de grandes entreprises internationales, à part AB InBev." Il faut bien avouer que la petite phrase de Mark Rutte a un fond de vérité: n'est-il pas vrai que nous avons perdu une série de sièges de multinationales ces 30 dernières années: PetroFina, BBL, Royale Belge, Electrabel, Tractebel, CBR, Raffineries Tirlemontoises, etc. ?

L'accord Fortis revient à la case départ

La justice néerlandaise a administré vendredi dernier une "zware klap" aux quatre associations de défense des actionnaires de Fortis. Voici un an, Ageas (l'ayant droit de Fortis), Deminor, VEB, SICAF et Stichting FortisEffect avaient en effet conclu un accord afin d'éteindre les poursuites intentées par les anciens actionnaires du bancassureur qui s'étaient estimés dupés.