Tout sur FMI

Se poser une telle question peut sembler totalement incongru et même déplacé alors que le monde entier souffre encore de la pandémie. Mais c'est un fait, la crise du Covid a accéléré la transition vers la numérisation et l'automatisation, notamment via le commerce en ligne et le télétravail. Et non seulement, il est peu probable que ces tendances s'inversent, mais en plus ces changements pourraient agir positivement sur la productivité.

Nos lecteurs de Trends-Tendances savent que nous aimons penser autrement que les autres. Pas pour le plaisir de nous distinguer, ce serait stupide et prétentieux, mais parce que bien souvent la pensée majoritaire n'est pas nécessairement la bonne. Du moins, elle ne reflète pas, à elle seule, la réalité.

Le conseil des gouverneurs du Fonds monétaire international a donné son feu vert lundi à l'augmentation des capacités de prêt de l'institution de 650 milliards de dollars, dernière étape dans l'approbation de cette initiative devant permettre d'augmenter l'aide aux pays les plus vulnérables.

Le Covid-19 va réduire le nombre d'entreprises. Les toutes grandes en profiteront, au contraire du reste de l'économie, avertit le Fonds monétaire international.

Croissance record mais reprise inégale: la Chine a vu son produit intérieur brut (PIB) bondir de 18,3% sur un an au premier trimestre, un chiffre à nuancer alors que l'activité était paralysée l'an dernier par l'épidémie.

Comme souvent, les vrais débats ne font pas nécessairement la UNE de nos médias... C'est le cas avec une véritable révolution qui a lieu là sous nos yeux : pour la première fois depuis très longtemps, les Etats-Unis ont décidé d'augmenter leur impôt des sociétés.

Les gouvernements, qui ont besoin de ressources supplémentaires pour continuer à aider les plus vulnérables pour sortir de la crise, pourraient augmenter les impôts sur les plus riches ou les entreprises ayant fait plus de bénéfices pendant la pandémie, recommande le Fonds monétaire international mercredi.

Les gouvernements, qui ont besoin de ressources supplémentaires pour continuer à aider les plus vulnérables pour sortir de la crise, pourraient augmenter les impôts sur les plus riches ou les entreprises ayant fait plus de bénéfices pendant la pandémie, recommande le Fonds monétaire international mercredi.

Plus de 1.000 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires pourraient être générées d'ici 2025 à l'échelle mondiale si tous les pays parvenaient à maîtriser la pandémie plus tôt que prévu, estime le Fonds monétaire international dans un rapport publié mercredi.

La croissance mondiale est en train de s'accélérer, tirée par les Etats-Unis et la Chine, s'est félicitée mardi la patronne du Fonds monétaire international, mais elle a pointé aussi les risques d'une reprise désynchronisée entre les pays.