Tout sur Fédération des entreprises de Belgique

Les Objectifs de développement durable, ces ambitieux objectifs que se sont fixés les Nations Unies pour 2030, offrent une foule d'opportunités aux entreprises. " Le développement durable et la croissance rentable peuvent, en effet, aller de pair. Cela devient un modèle d'affaires en soi ", estime la Fédération des entreprises de Belgique.

Alors que les élections sociales approchent à grands pas, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) demande de revoir le statut des travailleurs protégés dans les entreprises, comme les délégués syndicaux, écrivent jeudi L'Echo et De Tijd. Elles jugent ce statut disproportionné.

Rappelez-vous : en 2006, on avait voulu combattre le manque de fonds propres des entreprises en créant le système des intérêts notionnels. Mais avec les taux devenus négatifs, cet avantage est désormais... nul.

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) a abondé dans le sens de l'étude du Bureau du Plan publiée vendredi sur la congestion du trafic. L'organisation appelle ainsi à une politique de mobilité globale pour l'ensemble du pays et plaide, elle aussi, pour la mise en place d'une redevance kilométrique intelligente.

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) estime qu'il est possible d'atteindre les objectifs énergétiques et de réduction des gaz à effet de serre fixés pour 2030, mais "le chemin sera particulièrement ardu", a-t-elle lancé mercredi, à l'appui d'une étude effectuée par le Boston Consulting Group (BCG). Des "investissements considérables et une politique à long terme seront indispensables" pour y parvenir, a-t-elle affirmé.

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) lance une campagne d'information ce lundi afin d'inscrire l'économie et le marché du travail dans l'agenda politique, à moins de deux mois des élections fédérales, régionales et européennes. Baptisée "It's still the economy stupid", en référence à la célèbre phrase d'un conseiller de Bill Clinton lors de la campagne présidentielle américaine de 1992, elle s'accompagnera de propositions pour remettre l'économie "au centre de l'attention".

Les discussions sur un accord interprofessionnel (AIP) 2019-2020 semblaient "longues et difficiles" lundi, apprend-on de la table des négociations. Syndicats et patronat sont rassemblés depuis 9h00 au siège de la FEB (Fédération des entreprises de Belgique) à Bruxelles pour négocier la future marge salariale.

Le Fédération des entreprises de Belgique souhaite qu'il soit de nouveau possible après la grève de s'asseoir autour de la table des négociations pour conclure un accord interprofessionnel. Son président, Pieter Timmermans souhaite un "AIP basé sur un équilibre entre entreprises compétitives et pouvoir d'achat, plutôt qu'à une détérioration du climat social et sociétal."

La paralysie politique est inadmissible cette année, ont martelé lundi les responsables de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) à l'occasion de la présentation à la presse du mémorandum électoral. La fédération patronale y évoque toute une série de propositions offrant, selon elle, des réponses concrètes à plusieurs questions sociales, défis économiques, menaces écologiques et problèmes de gouvernance.

Il faut mettre le jobs deal du gouvernement fédéral en place afin de faire face à la pénurie qui touche le marché de l'emploi en Belgique, estime la Fédération des entreprises de Belgique (FEB). "J'invite les autorités politiques à exécuter ce qui peut l'être. Chaque jour qui passe engendre une perte de croissance", a commenté Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB.