Tout sur Creg

Des centaines de milliers de clients disposent encore d'un contrat "dormant" pour leur fourniture d'électricité et de gaz. Il s'agit de contrats qui ne sont plus activement commercialisés par les fournisseurs énergétiques, ce qui rend concrètement impossible toute comparaison de prix avec les formules actuellement sur le marché, a averti mardi la commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg).

Elia, le gestionnaire du réseau à haute tension, peut compter sur de jolis bonus s'il parvient à terminer les neuf projets d'investissement dans les délais impartis. Au total, il s'agit d'un maximum de 155,35 millions d'euros. C'est en tous les cas la proposition de la CREG, le régulateur fédéral des marchés de l'électricité.

L'offre remise par le fournisseur d'énergie E.On pour incorporer sa centrale au gaz de Vilvorde dans la réserve stratégique a été jugée "manifestement déraisonnable" par la Commission de régulation du gaz et de l'électricité (Creg).

Le marché de l'énergie en Belgique est de plus en plus concurrentiel, selon un rapport des régulateurs actifs en Belgique dans le secteur de l'énergie (la CREG, la CWaPE, Brugel et la Vreg), sur le développement en 2013 des marchés de l'électricité et du gaz naturel en Belgique.

Entre décembre 2012 et décembre 2013, le prix moyen de l'électricité en Belgique a diminué de 24%, et le prix du gaz de 15%. Si dans le même temps certaines surcharges (comme celle liée au photovoltaïque wallon) ont explosé, "au final, la facture a bien diminué", selon la Creg.

La Commission de régulation de l'électricité et du gaz (CREG) a approuvé la proposition tarifaire rectifiée du gestionnaire de réseau de transport d'électricité Elia.

Victoire pour le producteur : les tarifs d'Elia ont été annulés. Le régulateur tient sa "revanche" : le groupe énergétique est soupçonné d'abus de position dominante La "paix électrique", ce n'est pas pour demain.

Le fournisseur d'énergie Electrabel a abusé de sa position dominante sur le marché belge, voilà la conclusion de l'Auditorat du conseil de la Concurrence. Les clients d'Electrabel ont ainsi payé jusqu'à 56 millions d'euros de trop pour leur électricité.

Après le gel imposé en 2012, certains prédisaient de terribles flambées des prix. Les fournisseurs, eux, n'étaient pas peu fiers de présenter des réductions "historiques" de leurs tarifs électriques et gaziers, Electrabel en tête.

Le ministre de l'Economie et des Consommateurs, Johan Vande Lanotte et le Secrétaire d'Etat à l'Energie, Melchior Wathelet, ont donné le coup d'envoi d'une campagne d'information visant à aider les consommateurs à comparer les prix de l'électricité et du gaz.

La cour d'appel de Bruxelles conteste les hausses des tarifs autorisées par la Creg aux gestionnaires Eandis et Infreax. Le PTB, à l'origine de la procédure, se réjouit mais prévient : "Il faut attendre pour voir si tout le monde pourra récupérer son argent. Et quand."

En 2011, 57 % de l'électricité produite en Belgique était d'origine nucléaire. Loin, très loin des 26,8 % d'électricité issue du gaz naturel, pointe la Creg, qui veut par ailleurs clarifier les mesures d'indexation des prix de l'énergie.

Le régulateur du marché de l'énergie, la CREG, veut limiter la liberté des grands fournisseurs d'énergie, comme Electrabel, EDF Luminus et Nuon, de fixer leurs prix, écrivent l'Echo et De Tijd samedi.

Electrabel a annoncé une importante baisse de ses tarifs la semaine dernière. Pourtant, la filiale de GDF Suez reste, et de loin, plus chère que ses concurrents : jusqu'à 35 %, selon un directeur de la Creg interviewé par nos confrères de Kanaal Z.