Tout sur Commission

"La reprise n'est plus un mirage: elle est en cours": la Commission européenne entrevoit désormais l'avenir économique de la zone euro avec optimisme, grâce à une campagne de vaccination enfin sur les rails et un ambitieux plan de relance.

Trois banques ont écopé d'amendes infligées par la Commission européenne, pour entente illégale sur le marché obligataire, communique l'exécutif européen mercredi. Les trois banques d'investissement sanctionnées sont Bank of America Merrill Lynch, Crédit Agricole et Crédit Suisse. Une quatrième banque, la Deutsche Bank, était impliquée, mais elle échappe à l'amende pour avoir révélé l'existence de l'entente et avoir coopéré avec la Commission dans l'enquête.

Le plan national d'investissements et de réformes que la Belgique s'apprête à soumettre à l'Europe avant la fin de ce mois d'avril dépasse largement les seuils imposés en ce qui concerne les investissements en faveur du climat d'une part, et de la transition digitale de l'autre. Selon une présentation du secrétaire d'Etat à la Relance Thomas Dermine, vendredi, une part de 57% des investissements prévus par la Belgique (tous niveaux de pouvoir confondus) peut être taxée de "verte", pour 31% de "digital", là où la Commission exige respectivement minimum 37% et 20%.

La pandémie de Covid-19 est le type de crise qui pourrait faire avancer la construction européenne. Mais sur la question des vaccins, elle a pris Bruxelles en défaut. Retour sur un feuilleton qui a failli virer au fiasco.

On ne peut plus considérer que la Commission informe les gens. Il s'agit purement et simplement de propagande.

Selon les prévisions économiques d'hiver de la Commission européenne, l'économie de la zone euro connaitra une croissance de 3,8% aussi bien en 2021 qu'en 2022. Le rebond, en seconde moitié de 2021 et l'année suivante, serait plus marqué qu'attendu précédemment, après un nouveau ralentissement associé à la deuxième vague de la pandémie de Covid-19.

Il est crucial que le duo BioNTech-Pfizer livre la quantité de doses de leur vaccin contre la Covid-19 qui a été convenue par contrat, a indiqué mercredi au Parlement européen la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. "Il s'agit d'une nécessité médicale. Dans la plupart des pays membres on doit désormais administrer la seconde dose", a-t-elle ajouté.