cinquième semaine de confinement : 55 heures et 6 réunions

La dernière ligne droite

Dernière semaine avant la mise en ligne du site. La pression est à son maximum.

L'objectif du 20 avril a été maintenu. En tout cas presque : puisque la plateforme My-Stand.com a été lancée ce 22 avril. Cela tombe bien parce que les premiers standistes attendent leurs premiers deals !

Les process ont été développés et testés dans tous les sens. Donc, pas de risque de perte de données et pas de risque de sécurité. Le plus gros travail est dans les finitions. Celles-ci consistent à choisir les images, écrire les textes et coordonner le tout comme les designers les ont conçus.

Pour les textes, il y a fallu poser des choix concernant la syntaxe et le ton utilisé. Ensuite, il a fallu une coordination de ce ton et de la syntaxe entre les différentes langues. Très concrètement, les questions étaient "va-t-on tutoyer ou vouvoyer ?", "va-t-on écrire à l'impératif ou à l'infinitif ?", "va-t-on traduire parfaitement chaque phrase ou va-t-on communiquer un message qui peut être rédigé différemment entre les langues ?"...

Toutes ces questions se sont retrouvées au dernier moment quand il a fallu écrire les dictionnaires de traductions. Ces dictionnaires sont des fichiers reprenant l'ensemble des textes du site et des e-mails avec une colonne par langue.

Pour les photos, il en va de même : les couleurs et le style devaient être cohérents et se coordonner avec les textes. Pour ça, il y a les photos de banque d'images mais également des photos de nos standistes ou des portraits. Il a donc fallu récolter les images et les retravailler. Le tout en respectant les droits d'auteur évidemment.

Ces finitions ne sont pas simples car en cette fin de 13ème semaine, le design de la partie du site la plus complexe n'était toujours pas prêt.

Difficulté avec un prestataire

Après un premier briefing suivi d'explications, le résultat proposé par l'agence de design n'était pas extraordinaire. Ne voyant jamais arriver ce que nous attendions, nous avons donc provoqué une réunion pour réexpliquer nos besoins sur cette partie cruciale du site. La semaine passée, nous avons donc eu cette réunion qui a duré 1h30 et où nous avons eu jusqu'à 9 participants ! Après cette séance de clarification, j'étais convaincu de sortir d'une impasse et d'obtenir enfin le résultat escompté. Et bien non ! A quelques jours du lancement, il nous manquait toujours le design d'une partie importante du site. Nous avons donc dû le faire nous-mêmes sur base de ce que nous avions.

Cette difficulté avec ce prestataire, constitue pour moi un sujet à méditer. Le seul partenaire avec qui je n'avais jamais travaillé s'est révélé faillible. Des problèmes de communication, de gestion des attentes et d'allocation de ressources en sont probablement responsables.

Mais nocturne après nocturne, nous sommes arrivés au bout. La preuve : www.my-stand.com

cinquième semaine de confinement : 55 heures et 6 réunionsLa dernière ligne droiteDernière semaine avant la mise en ligne du site. La pression est à son maximum.L'objectif du 20 avril a été maintenu. En tout cas presque : puisque la plateforme My-Stand.com a été lancée ce 22 avril. Cela tombe bien parce que les premiers standistes attendent leurs premiers deals !Les process ont été développés et testés dans tous les sens. Donc, pas de risque de perte de données et pas de risque de sécurité. Le plus gros travail est dans les finitions. Celles-ci consistent à choisir les images, écrire les textes et coordonner le tout comme les designers les ont conçus.Pour les textes, il y a fallu poser des choix concernant la syntaxe et le ton utilisé. Ensuite, il a fallu une coordination de ce ton et de la syntaxe entre les différentes langues. Très concrètement, les questions étaient "va-t-on tutoyer ou vouvoyer ?", "va-t-on écrire à l'impératif ou à l'infinitif ?", "va-t-on traduire parfaitement chaque phrase ou va-t-on communiquer un message qui peut être rédigé différemment entre les langues ?"... Toutes ces questions se sont retrouvées au dernier moment quand il a fallu écrire les dictionnaires de traductions. Ces dictionnaires sont des fichiers reprenant l'ensemble des textes du site et des e-mails avec une colonne par langue.Pour les photos, il en va de même : les couleurs et le style devaient être cohérents et se coordonner avec les textes. Pour ça, il y a les photos de banque d'images mais également des photos de nos standistes ou des portraits. Il a donc fallu récolter les images et les retravailler. Le tout en respectant les droits d'auteur évidemment.Ces finitions ne sont pas simples car en cette fin de 13ème semaine, le design de la partie du site la plus complexe n'était toujours pas prêt. Difficulté avec un prestataireAprès un premier briefing suivi d'explications, le résultat proposé par l'agence de design n'était pas extraordinaire. Ne voyant jamais arriver ce que nous attendions, nous avons donc provoqué une réunion pour réexpliquer nos besoins sur cette partie cruciale du site. La semaine passée, nous avons donc eu cette réunion qui a duré 1h30 et où nous avons eu jusqu'à 9 participants ! Après cette séance de clarification, j'étais convaincu de sortir d'une impasse et d'obtenir enfin le résultat escompté. Et bien non ! A quelques jours du lancement, il nous manquait toujours le design d'une partie importante du site. Nous avons donc dû le faire nous-mêmes sur base de ce que nous avions.Cette difficulté avec ce prestataire, constitue pour moi un sujet à méditer. Le seul partenaire avec qui je n'avais jamais travaillé s'est révélé faillible. Des problèmes de communication, de gestion des attentes et d'allocation de ressources en sont probablement responsables. Mais nocturne après nocturne, nous sommes arrivés au bout. La preuve : www.my-stand.com