"Cela peut correspondre au paiement de drogues ou d'autres produits interdits en Russie (...), à des pots-de-vin versés à des fonctionnaires (sur des comptes à l'étranger, NDLR) ou dirigeants d'entreprises (...). Cela peut correspondre à des mécanismes d'évasion fiscale", a détaillé Sergueï Ignatiev. Sur cette somme, 35 milliards de dollars sont classifiés dans la catégorie des fuites de capitaux, a précisé le président de la banque centrale. Au total, la fuite (légale et illégale) de capitaux privés a été estimée à 56,8 milliards de dollars par l'institution pour 2012, contre 80,5 milliards en 2011. Cet indicateur est très suivi des milieux économiques qui y voient un signe du mauvais climat des affaires qui règne dans le pays. M. Ignatiev a ajouté qu'en raison de ce phénomène, environ 450 milliards de roubles, soit 11,1 milliards d'euros, n'avaient pas été versés au budget sous forme d'impôts. (MUA)

"Cela peut correspondre au paiement de drogues ou d'autres produits interdits en Russie (...), à des pots-de-vin versés à des fonctionnaires (sur des comptes à l'étranger, NDLR) ou dirigeants d'entreprises (...). Cela peut correspondre à des mécanismes d'évasion fiscale", a détaillé Sergueï Ignatiev. Sur cette somme, 35 milliards de dollars sont classifiés dans la catégorie des fuites de capitaux, a précisé le président de la banque centrale. Au total, la fuite (légale et illégale) de capitaux privés a été estimée à 56,8 milliards de dollars par l'institution pour 2012, contre 80,5 milliards en 2011. Cet indicateur est très suivi des milieux économiques qui y voient un signe du mauvais climat des affaires qui règne dans le pays. M. Ignatiev a ajouté qu'en raison de ce phénomène, environ 450 milliards de roubles, soit 11,1 milliards d'euros, n'avaient pas été versés au budget sous forme d'impôts. (MUA)