En 2019, la première a produit 736.413 litres de vin et la seconde, 744.861 litres. En revanche, les viticulteurs y sont plus nombreux: 114 pour la Flandre, contre 40 à peine en Wallonie. En cause,...

En 2019, la première a produit 736.413 litres de vin et la seconde, 744.861 litres. En revanche, les viticulteurs y sont plus nombreux: 114 pour la Flandre, contre 40 à peine en Wallonie. En cause, la taille des parcelles: plus d'un viticulteur flamand sur deux cultive en effet moins d'un hectare. Tous surfent sur l'actuelle tendance des cool climate wines, c'est-à-dire des blancs plus légers et fruités et à plus faible teneur en alcool que ceux issus de vignobles davantage ensoleillés. Plus de 60% de la production flamande est en effet constituée de vins blancs. La Wallonie a opté pour un autre créneau avec une production surtout composée de mousseux. Tout cela valait bien un symposium, le premier du genre à se tenir en Flandre. Compte tenu de la situation actuelle, il a été virtuel mais n'en a pas moins réuni plus de 300 participants avec, pour fil conducteur, une professionnalisation accrue du secteur ainsi que la (re)construction d'une tradition viticole régionale.