Ce taux d'1,8% est supérieur aux attentes des analystes interrogés par Factset et cités par l'AFP, qui tablaient sur 1,5%.

Parmi les principales composantes de l'inflation, c'est l'énergie qui semble avoir connu l'inflation la plus élevée en janvier (8,1%, comparé à 2,6% en décembre), devant la catégorie "alimentation, alcool & tabac" (1,7%, comparé à 1,2% en décembre), les services (1,2%, comparé à 1,3% en décembre) et les biens industriels non énergétiques (0,5%, comparé à 0,3% en décembre).

L'inflation s'est donc rapprochée sensiblement du niveau souhaité par la Banque centrale européenne (BCE) sur le moyen terme, à savoir un niveau supérieur mais proche de 2%.

Le chômage en baisse

Le taux de chômage dans la zone euro s'est lui établi à 9,6% en décembre 2016, en baisse par rapport au taux de 9,7% enregistré en novembre 2016 et au taux de 10,5% de décembre 2015, toujours selon Eurostat. Il s'agit du taux le plus faible depuis mai 2009.

Pour l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage était de 8,2% en décembre 2016, stable par rapport à novembre 2016 et en baisse par rapport au taux de 9,0% de décembre 2015. Le chômage dans l'UE est au plus bas depuis février 2009.

Selon l'office européen des statistiques, 20,065 millions d'hommes et de femmes étaient au chômage dans l'UE en décembre 2016, dont 15,571 millions dans la zone euro. Par rapport à novembre 2016, le nombre de chômeurs a diminué de 159.000 dans l'UE et de 121.000 dans la zone euro. A un an d'écart, le chômage a baissé d'1,839 million de personnes dans l'UE et d'1,256 million dans la zone euro.

Le nombre de jeunes de moins de 25 ans au chômage était en baisse sur un an et s'élevait en décembre dernier à 4,219 millions dans l'UE, dont 2,957 millions dans la zone euro.

Les taux de chômage les plus faibles en décembre 2016 ont été constatés en République tchèque (3,5%) et en Allemagne (3,9%), les plus élevés étant toujours relevés en Grèce (23,0% en octobre 2016) et en Espagne (18,4%). En Belgique, il était à 7,6%.

Sur un an, le taux de chômage a baissé dans 24 États membres, tandis qu'il a augmenté à Chypre (de 13,1% à 14,3%), en Italie (de 11,6% à 12,0%), en Estonie (de 6,6% à 6,7% entre novembre 2015 et novembre 2016) et au Danemark (de 6,1% à 6,2%). Les baisses les plus marquées ont été observées en Croatie (de 15,0% à 11,4%), en Espagne (de 20,7% à 18,4%) et au Portugal (de 12,2% à 10,2%).

PIB en hausse

Enfin, le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro affiche une hausse de 0,5% au quatrième trimestre 2016 par rapport au trimestre précédent. Au cours du troisième trimestre, la progression avait été de 0,4%.

A un an d'écart, la croissance du PIB de la zone euro s'élève à 1,8% au dernier trimestre de 2016.

Sur l'ensemble de l'année 2016, le PIB de la zone euro a ainsi avancé d'1,7%.

Le PIB de l'ensemble de l'Union européenne a, quant à lui, augmenté de 0,6% au quatrième trimestre 2016 par rapport au trimestre précédent et d'1,9% sur l'ensemble de l'année dernière.

Ce taux d'1,8% est supérieur aux attentes des analystes interrogés par Factset et cités par l'AFP, qui tablaient sur 1,5%. Parmi les principales composantes de l'inflation, c'est l'énergie qui semble avoir connu l'inflation la plus élevée en janvier (8,1%, comparé à 2,6% en décembre), devant la catégorie "alimentation, alcool & tabac" (1,7%, comparé à 1,2% en décembre), les services (1,2%, comparé à 1,3% en décembre) et les biens industriels non énergétiques (0,5%, comparé à 0,3% en décembre). L'inflation s'est donc rapprochée sensiblement du niveau souhaité par la Banque centrale européenne (BCE) sur le moyen terme, à savoir un niveau supérieur mais proche de 2%.Le taux de chômage dans la zone euro s'est lui établi à 9,6% en décembre 2016, en baisse par rapport au taux de 9,7% enregistré en novembre 2016 et au taux de 10,5% de décembre 2015, toujours selon Eurostat. Il s'agit du taux le plus faible depuis mai 2009.Pour l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage était de 8,2% en décembre 2016, stable par rapport à novembre 2016 et en baisse par rapport au taux de 9,0% de décembre 2015. Le chômage dans l'UE est au plus bas depuis février 2009. Selon l'office européen des statistiques, 20,065 millions d'hommes et de femmes étaient au chômage dans l'UE en décembre 2016, dont 15,571 millions dans la zone euro. Par rapport à novembre 2016, le nombre de chômeurs a diminué de 159.000 dans l'UE et de 121.000 dans la zone euro. A un an d'écart, le chômage a baissé d'1,839 million de personnes dans l'UE et d'1,256 million dans la zone euro. Le nombre de jeunes de moins de 25 ans au chômage était en baisse sur un an et s'élevait en décembre dernier à 4,219 millions dans l'UE, dont 2,957 millions dans la zone euro. Les taux de chômage les plus faibles en décembre 2016 ont été constatés en République tchèque (3,5%) et en Allemagne (3,9%), les plus élevés étant toujours relevés en Grèce (23,0% en octobre 2016) et en Espagne (18,4%). En Belgique, il était à 7,6%. Sur un an, le taux de chômage a baissé dans 24 États membres, tandis qu'il a augmenté à Chypre (de 13,1% à 14,3%), en Italie (de 11,6% à 12,0%), en Estonie (de 6,6% à 6,7% entre novembre 2015 et novembre 2016) et au Danemark (de 6,1% à 6,2%). Les baisses les plus marquées ont été observées en Croatie (de 15,0% à 11,4%), en Espagne (de 20,7% à 18,4%) et au Portugal (de 12,2% à 10,2%).Enfin, le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro affiche une hausse de 0,5% au quatrième trimestre 2016 par rapport au trimestre précédent. Au cours du troisième trimestre, la progression avait été de 0,4%.A un an d'écart, la croissance du PIB de la zone euro s'élève à 1,8% au dernier trimestre de 2016. Sur l'ensemble de l'année 2016, le PIB de la zone euro a ainsi avancé d'1,7%. Le PIB de l'ensemble de l'Union européenne a, quant à lui, augmenté de 0,6% au quatrième trimestre 2016 par rapport au trimestre précédent et d'1,9% sur l'ensemble de l'année dernière.