L'année 2024 n'étant plus très loin, Bart Somers, ministre de l'Intérieur, poursuit dans une note avalisée par le gouvernement flamand la modernisation des élections locales entamée voici près d'un an avec la suppression du vote obligatoire ainsi que celle du scrutin de liste. La fraction ayant recueilli le plus de suffrages possède durant 14 jours un droit d'initiative pour, selon ...

L'année 2024 n'étant plus très loin, Bart Somers, ministre de l'Intérieur, poursuit dans une note avalisée par le gouvernement flamand la modernisation des élections locales entamée voici près d'un an avec la suppression du vote obligatoire ainsi que celle du scrutin de liste. La fraction ayant recueilli le plus de suffrages possède durant 14 jours un droit d'initiative pour, selon le cas, former une coalition ou renverser d'éventuels accords conclus avant les élections. Le candidat qui a recueilli le plus de voix sur la liste la plus importante devient automatiquement bourgmestre. Dans sa nouvelle note, Bart Somers va plus loin et propose de permettre aux électeurs d'aller voter où ils le souhaitent, par exemple pour éviter les files, pourvu qu'ils restent au sein de l'entité communale. Les résultats seront désormais transmis bureau par bureau, à condition que 500 votes au moins y aient été recueillis. Le ministre espère ainsi concilier une plus grande transparence avec le respect de la privacy des électeurs.Les assesseurs recevront un jeton de présence de 50 euros et celui qui a déjà été appelé deux fois pourra refuser de siéger. Les candidats, de leur côté, devront faire plus avec moins. Les dépenses électorales ne seront pas indexées ce qui, compte tenu de l'inflation actuelle, correspond à une réduction de plus de 10% des budgets de campagne. En revanche, ils pourront utiliser ce budget plus librement. Si les campagnes téléphoniques restent interdites, tout comme la vente ou la distribution de gadgets ou de cadeaux, l'utilisation de panneaux de plus de quatre mètres carrés sera à nouveau autorisée. Des spots publicitaires pourront également être diffusés à la radio, la télévision, et même au cinéma, ce qui ouvrira de nouvelles perspectives publicitaires aux médias locaux.