La semaine passée, constatant l'échec des négociations entre partenaires sociaux sur la marge salariale, le gouvernement a repris la main. Il s'est inscrit dans le cadre de la note envoyée mi-avril aux syndicats et aux patrons pour encadrer la négociation interprofessionnelle, à savoir la possibilité d'aller au-delà de la norme de 0,4% (hors indexation) de progression salariale - établie en vertu de la loi sur la compétitivité des entreprises - dans les entreprises qui ont enregistré de bons résultats.

"On reste dans cette philosophie", commente-t-on depuis plusieurs jours de source gouvernementale. Un problème s'est toutefois posé pour les libéraux: cette disposition ne s'appliquait en principe qu'en cas d'accord entre partenaires sociaux et non si le gouvernement reprenait le dossier.

L'écueil de principe semble levé. Les modalités doivent encore être arrêtées : quel montant, quelle forme de prime, etc. Une proposition de médiation sur l'augmentation du salaire minimum pourrait également être faite aux partenaires sociaux qui négocient encore sur cette question.

Les discussions au sein de l'équipe De Croo se déroulent alors que la tension sociale ne descend pas. Les syndicats ont menacé mardi de mener des actions s'il n'était pas possible de déroger à la norme de 0,4% et de conclure un accord interprofessionnel sans augmentation du salaire minimum. Les partenaires sociaux doivent en théorie se revoir le 12 mai.

La semaine passée, constatant l'échec des négociations entre partenaires sociaux sur la marge salariale, le gouvernement a repris la main. Il s'est inscrit dans le cadre de la note envoyée mi-avril aux syndicats et aux patrons pour encadrer la négociation interprofessionnelle, à savoir la possibilité d'aller au-delà de la norme de 0,4% (hors indexation) de progression salariale - établie en vertu de la loi sur la compétitivité des entreprises - dans les entreprises qui ont enregistré de bons résultats. "On reste dans cette philosophie", commente-t-on depuis plusieurs jours de source gouvernementale. Un problème s'est toutefois posé pour les libéraux: cette disposition ne s'appliquait en principe qu'en cas d'accord entre partenaires sociaux et non si le gouvernement reprenait le dossier. L'écueil de principe semble levé. Les modalités doivent encore être arrêtées : quel montant, quelle forme de prime, etc. Une proposition de médiation sur l'augmentation du salaire minimum pourrait également être faite aux partenaires sociaux qui négocient encore sur cette question. Les discussions au sein de l'équipe De Croo se déroulent alors que la tension sociale ne descend pas. Les syndicats ont menacé mardi de mener des actions s'il n'était pas possible de déroger à la norme de 0,4% et de conclure un accord interprofessionnel sans augmentation du salaire minimum. Les partenaires sociaux doivent en théorie se revoir le 12 mai.