Selon l'étude, 74% des voitures de société sont attribuées à un homme. Et l'écart tend à augmenter à mesure que le niveau de fonction diminue. "Le cadre moyen masculin reçoit une voiture de société dans 77% des cas, alors que ce taux ne dépasse pas 66% chez ses collègues féminines." Chez les cadres inférieurs, 56% des hommes bénéficient de cet avantage tandis que la proportion tombe à 34% chez les femmes.

L'écart salarial s'explique d'une part par les positions financièrement moins favorables sur le marché du travail de la plupart des femmes. "En 2015, le plafond de verre n'a toujours pas été brisé et les femmes travaillent moins souvent dans les fonctions les mieux payées", explique Christel Van Wouwe, Manager Reward Data & R&D chez SD Worx. L'aménagement du temps de travail ne peut par ailleurs pas être pris en compte puisque dans l'enquête, les salaires des employés travaillant à temps partiel ont été recalculés sur la base d'un salaire temps plein.

Ces écarts viennent également des différences entre secteurs. En effet, certains domaines paient moins, "et ce sont précisément ces secteurs qui emploient surtout des femmes", explique SD Worx.

En règle générale, les différences salariales diminuent à mesure que le niveau de fonction augmente, bien que les femmes restent - à n'importe quel niveau - moins bien rémunérées que les hommes pour un travail identique.

Selon l'étude, 74% des voitures de société sont attribuées à un homme. Et l'écart tend à augmenter à mesure que le niveau de fonction diminue. "Le cadre moyen masculin reçoit une voiture de société dans 77% des cas, alors que ce taux ne dépasse pas 66% chez ses collègues féminines." Chez les cadres inférieurs, 56% des hommes bénéficient de cet avantage tandis que la proportion tombe à 34% chez les femmes.L'écart salarial s'explique d'une part par les positions financièrement moins favorables sur le marché du travail de la plupart des femmes. "En 2015, le plafond de verre n'a toujours pas été brisé et les femmes travaillent moins souvent dans les fonctions les mieux payées", explique Christel Van Wouwe, Manager Reward Data & R&D chez SD Worx. L'aménagement du temps de travail ne peut par ailleurs pas être pris en compte puisque dans l'enquête, les salaires des employés travaillant à temps partiel ont été recalculés sur la base d'un salaire temps plein.Ces écarts viennent également des différences entre secteurs. En effet, certains domaines paient moins, "et ce sont précisément ces secteurs qui emploient surtout des femmes", explique SD Worx.En règle générale, les différences salariales diminuent à mesure que le niveau de fonction augmente, bien que les femmes restent - à n'importe quel niveau - moins bien rémunérées que les hommes pour un travail identique.