Ceci étant, la frugalité bute contre deux gros problèmes. D'une part, elle s'applique à l'ensemble de l'économie. En effet, il ne faut pas oublier que pour assurer l'ensemble des services publics et de sécurité sociale, les autorités " ponctionnent " environ 50 % de la richesse créée en Belgique (le PIB, donc). Si celle-ci progresse moins vite, voire diminue pour plus de frugalité, les moyens dégagés seront forcément plus limités. Les écoles, les soins de santé, la justice, le paiement des pensions ou les infrastructures seront donc aussi concernés. A moins, évidemment, d'augmenter le taux général de taxation, voire de taxer le patrimoine existant (issu des richesses créées par le passé). Mais cela ne fonctionnerait qu'un temps, le temps que la source de revenus se tarisse. Or, serait-on ...