Bien qu'elles constituent environ la moitié des personnes qui travaillent dans l'UE, "les femmes continuent d'être sous-représentées parmi les cadres", souligne Eurostat dans son communiqué, publié à deux jours de la journée internationale des droits des femmes le 8 mars.

Sur 6,7 millions de cadres européens en 2019, 4,3 millions étaient des hommes (63%) et 2,5 millions des femmes (37%).

Parmi les 27 Etats membres de l'UE, seule la Lettonie enregistre une proportion plus importante de cadres femmes que de cadres hommes (53%). Elle est suivie par la Bulgarie (49%), la Pologne (48%), et l'Estonie (46%).

A l'autre extrémité, on retrouve Chypre (19%), le Luxembourg (23%) et le Danemark (27%). La France se situe dans la moyenne (38%).

Si l'on se concentre sur les cadres supérieurs, moins d'un cinquième (18%) étaient des femmes en 2019, "ce qui représente néanmoins une augmentation de 8 points de pourcentage" par rapport à 2012 (10%).

La Roumanie (34%), l'Estonie (33%) et la Lituanie (30%) sont les pays ou les femmes cadres supérieures sont les mieux représentées, contrairement au Luxembourg (6%) et l'Autriche (8%). La France est, là encore, dans la moyenne (20%).

Enfin, l'étude d'Eurostat souligne que 28% des membres de conseils d'administration des sociétés cotées en bourse sont des femmes.

Le pays le plus paritaire est la France (45%), en raison de la loi Copé-Zimmermann de 2011, qui a imposé un quota de 40% de femmes dans cet organe de décision donnant les grandes inflexions stratégiques d'un groupe.

L'Estonie et Chypre (9%) sont les pays où la proportion de femmes est la plus faible.

Bien qu'elles constituent environ la moitié des personnes qui travaillent dans l'UE, "les femmes continuent d'être sous-représentées parmi les cadres", souligne Eurostat dans son communiqué, publié à deux jours de la journée internationale des droits des femmes le 8 mars.Sur 6,7 millions de cadres européens en 2019, 4,3 millions étaient des hommes (63%) et 2,5 millions des femmes (37%).Parmi les 27 Etats membres de l'UE, seule la Lettonie enregistre une proportion plus importante de cadres femmes que de cadres hommes (53%). Elle est suivie par la Bulgarie (49%), la Pologne (48%), et l'Estonie (46%).A l'autre extrémité, on retrouve Chypre (19%), le Luxembourg (23%) et le Danemark (27%). La France se situe dans la moyenne (38%).Si l'on se concentre sur les cadres supérieurs, moins d'un cinquième (18%) étaient des femmes en 2019, "ce qui représente néanmoins une augmentation de 8 points de pourcentage" par rapport à 2012 (10%).La Roumanie (34%), l'Estonie (33%) et la Lituanie (30%) sont les pays ou les femmes cadres supérieures sont les mieux représentées, contrairement au Luxembourg (6%) et l'Autriche (8%). La France est, là encore, dans la moyenne (20%).Enfin, l'étude d'Eurostat souligne que 28% des membres de conseils d'administration des sociétés cotées en bourse sont des femmes.Le pays le plus paritaire est la France (45%), en raison de la loi Copé-Zimmermann de 2011, qui a imposé un quota de 40% de femmes dans cet organe de décision donnant les grandes inflexions stratégiques d'un groupe.L'Estonie et Chypre (9%) sont les pays où la proportion de femmes est la plus faible.