Les gestionnaires d'Amerigo viennent de finaliser leur premier tour de table en décembre en levant une tranche de 160 millions d'euros auprès d'investisseurs publics et privés. Une quarantaine de millions devraient s'y ajouter rapidement.

Derrière le fonds Amerigo, on retrouve des acteurs publics wallons avec les fonds SRIW et Sogepa qui ont mis 30 millions d'euros. Il y a également les invests qui injectent 25 millions.

La SFPI, le bras armé du gouvernement fédéral y participe aussi à hauteur de 50 millions, ce qui amplifie la force de frappe du fonds.

Des institutionnels ont aussi répondu à l'appel à travers la majorité des organismes belges d'assurance comme Ethias (20 millions), P&V (10 millions), AG (15 millions) et Belfius Assurances (10 millions).

Le ministre de l'Économie, le libéral Willy Borsus, y voit une pièce maîtresse de la relance. "Pouvoir activer ce levier est une réponse supplémentaire aux besoins de la relance. Le rebond de l'économie wallonne a été important en 2021. Il faut maintenant assurer la pérennité de cette relance, notamment par le fonds Amerigo. Il s'agit, à travers lui, de permettre aux entreprises de pérenniser cette relance et j'espère qu'il jouera un rôle dans la réindustrialisation".

Les gestionnaires d'Amerigo viennent de finaliser leur premier tour de table en décembre en levant une tranche de 160 millions d'euros auprès d'investisseurs publics et privés. Une quarantaine de millions devraient s'y ajouter rapidement. Derrière le fonds Amerigo, on retrouve des acteurs publics wallons avec les fonds SRIW et Sogepa qui ont mis 30 millions d'euros. Il y a également les invests qui injectent 25 millions. La SFPI, le bras armé du gouvernement fédéral y participe aussi à hauteur de 50 millions, ce qui amplifie la force de frappe du fonds. Des institutionnels ont aussi répondu à l'appel à travers la majorité des organismes belges d'assurance comme Ethias (20 millions), P&V (10 millions), AG (15 millions) et Belfius Assurances (10 millions). Le ministre de l'Économie, le libéral Willy Borsus, y voit une pièce maîtresse de la relance. "Pouvoir activer ce levier est une réponse supplémentaire aux besoins de la relance. Le rebond de l'économie wallonne a été important en 2021. Il faut maintenant assurer la pérennité de cette relance, notamment par le fonds Amerigo. Il s'agit, à travers lui, de permettre aux entreprises de pérenniser cette relance et j'espère qu'il jouera un rôle dans la réindustrialisation".