Pour la fédération patronale, la norme salariale d'1,1% sur deux ans est de nature à renforcer la compétitivité des entreprises belges. "Cela reste en effet nécessaire malgré les efforts des dernières années. En 2017, les coûts salariaux par heure prestée en Belgique étaient supérieurs de 12,6% à la moyenne des trois pays voisins, l'Allemagne, la France et les Pays-Bas. (...) Il est donc positif que, grâce à cet AIP, le handicap salarial absolu pourra à nouveau diminuer d'environ un pour cent d'ici à 2020."

La FEB souligne également l'accord entre les partenaires sociaux de porter le nombre d'heures supplémentaires volontaires de 100 à 120 heures par an.

Quant au budget de l'enveloppe bien-être, que la FEB chiffre à 283,5 millions d'euros en 2019 et 644 millions en 2020 sur base annuelle et à vitesse de croisière, il sera affecté prioritairement à la lutte contre la pauvreté en réduisant l'écart entre le seuil de pauvreté et les allocations minima.

Le projet d'AIP possède aussi une dimension écologique car l'intervention de l'employeur dans l'abonnement de train sera augmentée à partir du 1er juillet 2019, souligne encore la FEB. Et à partir du 1er juillet 2020, les travailleurs habitant à moins de cinq kilomètres de leur lieu de travail pourront également prétendre à une intervention.

"Les partenaires sociaux doivent garder la tête froide"

Concernant le RCC (ex-prépension), les partenaires sociaux ont décidé de porter la condition d'âge des différents régimes à 59 ans et de fixer un objectif final de 60 ans pour chacun d'entre eux, selon la FEB. Pour les entreprises en difficultés et en restructuration, ils ont fixé un calendrier augmentant graduellement l'âge à 58 ans en 2019, 59 ans en 2020 et 60 ans à partir de 2021. Pour les régimes d'exception, les emplois de fin de carrière peuvent encore être accordés pour une période de deux ans à la condition d'âge de 55 ans pour un emploi de fin de carrière avec une réduction d'1/5e et de 57 ans pour un emploi de fin de carrière avec une réduction à mi-temps.

"Notre pays est actuellement géré par un gouvernement minoritaire en affaires courantes, alors que les élections approchent et que de longues négociations sont à prévoir en vue de la formation d'un gouvernement. Dans ces circonstances, les partenaires sociaux doivent garder la tête froide et conclure des accords. Cet AIP est un bon accord et une bonne chose pour la stabilité socio-économique de notre pays", souligne l'administrateur délégué de la FEB, Pieter Timmermans.