"Les besoins de financement sont importants, urgents et pourraient augmenter considérablement à mesure que la guerre se poursuit", a réagi la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva. Elle a aussi prévenu que l'Ukraine allait connaître une "profonde récession" cette année.

Avant la guerre, l'institution de Washington tablait sur une croissance de l'économie ukrainienne de 3,6% cette année. L'aide d'urgence doit permettre au gouvernement de "répondre aux besoins urgents de la balance des paiements résultant des effets de la guerre et fournira un soutien essentiel à court terme", estime le Fonds monétaire international. Il espère en outre que cette aide jouera le rôle "de catalyseur" auprès d'autres partenaires financiers.

L'Ukraine, l'un des pays les plus pauvres d'Europe, bénéficiait déjà d'un programme d'aides de la part du FMI. Mais cet accord, dit "de confirmation" ("Stand-By arrangement", en anglais) qui prévoyait un décaissement de 2,2 milliards d'ici la fin juin, a été annulé à la demande des autorités ukrainiennes. Celles-ci "ont exprimé leur intention de travailler avec le FMI pour concevoir un programme économique approprié visant à la reprise et à la croissance, lorsque les conditions le permettront", a précisé le FMI.

"Les pertes tragiques en vies humaines, les énormes flux de réfugiés et l'immense destruction des infrastructures et des capacités de production causent de graves souffrances humaines et conduiront à une profonde récession cette année", a déploré Mme Georgieva. Elle a toutefois souligné que "la réponse politique d'urgence des autorités ukrainiennes a été remarquable", notant que l'Ukraine "est restée à jour sur toutes les obligations de la dette".

La patronne du FMI cite aussi les contrôles de capitaux "pour préserver la disponibilité des réserves de change et réduire l'incertitude concernant le taux de change". "Afin de soutenir davantage la stabilité financière, la Banque nationale d'Ukraine a mis en place une nouvelle facilité de liquidité et introduit des mesures réglementaires d'abstention", a-t-elle poursuivi. Des limites aux retraits en espèces ont été imposées mais les transactions réalisées autrement qu'en numéraire, n'ont pas été limitées.

Deux semaines après le début de l'invasion russe en Ukraine, le bilan humain et matériel du plus grave conflit militaire actuel en Europe est très lourd avec notamment plus de deux millions de personnes qui ont fui à l'étranger.

"Les besoins de financement sont importants, urgents et pourraient augmenter considérablement à mesure que la guerre se poursuit", a réagi la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva. Elle a aussi prévenu que l'Ukraine allait connaître une "profonde récession" cette année.Avant la guerre, l'institution de Washington tablait sur une croissance de l'économie ukrainienne de 3,6% cette année. L'aide d'urgence doit permettre au gouvernement de "répondre aux besoins urgents de la balance des paiements résultant des effets de la guerre et fournira un soutien essentiel à court terme", estime le Fonds monétaire international. Il espère en outre que cette aide jouera le rôle "de catalyseur" auprès d'autres partenaires financiers.L'Ukraine, l'un des pays les plus pauvres d'Europe, bénéficiait déjà d'un programme d'aides de la part du FMI. Mais cet accord, dit "de confirmation" ("Stand-By arrangement", en anglais) qui prévoyait un décaissement de 2,2 milliards d'ici la fin juin, a été annulé à la demande des autorités ukrainiennes. Celles-ci "ont exprimé leur intention de travailler avec le FMI pour concevoir un programme économique approprié visant à la reprise et à la croissance, lorsque les conditions le permettront", a précisé le FMI."Les pertes tragiques en vies humaines, les énormes flux de réfugiés et l'immense destruction des infrastructures et des capacités de production causent de graves souffrances humaines et conduiront à une profonde récession cette année", a déploré Mme Georgieva. Elle a toutefois souligné que "la réponse politique d'urgence des autorités ukrainiennes a été remarquable", notant que l'Ukraine "est restée à jour sur toutes les obligations de la dette". La patronne du FMI cite aussi les contrôles de capitaux "pour préserver la disponibilité des réserves de change et réduire l'incertitude concernant le taux de change". "Afin de soutenir davantage la stabilité financière, la Banque nationale d'Ukraine a mis en place une nouvelle facilité de liquidité et introduit des mesures réglementaires d'abstention", a-t-elle poursuivi. Des limites aux retraits en espèces ont été imposées mais les transactions réalisées autrement qu'en numéraire, n'ont pas été limitées.Deux semaines après le début de l'invasion russe en Ukraine, le bilan humain et matériel du plus grave conflit militaire actuel en Europe est très lourd avec notamment plus de deux millions de personnes qui ont fui à l'étranger.