La Commission européenne avait annoncé que cet objectif de 20% avait été atteint, avec 216 milliards d'euros alloués au climat, mais les auditeurs disent avoir constaté que ce montant n'avait pas été affecté dans son intégralité à l'action pour le climat, et qu'il avait été gonflé de 72 milliards d'euros au moins.

La surdéclaration des dépenses climatiques concernerait surtout les financements agricoles: selon les auditeurs, elle représente près de 60 milliards d'euros. La Commission a déclaré que 26% des financements agricoles, soit environ la moitié des dépenses climatiques globales de l'UE, contribuaient à l'action pour le climat. Or, la quantité de gaz à effet de serre émis par les exploitations agricoles de l'UE n'a pas diminué depuis 2010, font observer les auditeurs. En outre, les auditeurs considèrent que la Commission a surestimé la contribution climatique des fonds alloués à des secteurs clés tels que le transport ferroviaire, l'électricité et la biomasse.

En appliquant des coefficients "plus raisonnables", les auditeurs ont estimé que la part du budget de l'UE correspondant à des dépenses climatiques avoisinait probablement les 13 % (soit quelque 144 milliards d'euros) plutôt que les 20 % affichés. Ils mettent aussi en garde contre le risque que les montants prévus ou engagés ne soient pas dépensés, gonflant encore un peu plus les dépenses climatiques déclarées.

Les auditeurs ont aussi des craintes pour les déclarations de dépenses climatiques 2021-2027. La plupart des problèmes relevés pour la période 2014-2020 subsistent, tandis que le plan de relance "NextGenerationEU", mis en place en 2020, pose d'autres problèmes en raison de "liens ténus" entre les paiements et les objectifs climatiques.

La Commission européenne avait annoncé que cet objectif de 20% avait été atteint, avec 216 milliards d'euros alloués au climat, mais les auditeurs disent avoir constaté que ce montant n'avait pas été affecté dans son intégralité à l'action pour le climat, et qu'il avait été gonflé de 72 milliards d'euros au moins. La surdéclaration des dépenses climatiques concernerait surtout les financements agricoles: selon les auditeurs, elle représente près de 60 milliards d'euros. La Commission a déclaré que 26% des financements agricoles, soit environ la moitié des dépenses climatiques globales de l'UE, contribuaient à l'action pour le climat. Or, la quantité de gaz à effet de serre émis par les exploitations agricoles de l'UE n'a pas diminué depuis 2010, font observer les auditeurs. En outre, les auditeurs considèrent que la Commission a surestimé la contribution climatique des fonds alloués à des secteurs clés tels que le transport ferroviaire, l'électricité et la biomasse. En appliquant des coefficients "plus raisonnables", les auditeurs ont estimé que la part du budget de l'UE correspondant à des dépenses climatiques avoisinait probablement les 13 % (soit quelque 144 milliards d'euros) plutôt que les 20 % affichés. Ils mettent aussi en garde contre le risque que les montants prévus ou engagés ne soient pas dépensés, gonflant encore un peu plus les dépenses climatiques déclarées. Les auditeurs ont aussi des craintes pour les déclarations de dépenses climatiques 2021-2027. La plupart des problèmes relevés pour la période 2014-2020 subsistent, tandis que le plan de relance "NextGenerationEU", mis en place en 2020, pose d'autres problèmes en raison de "liens ténus" entre les paiements et les objectifs climatiques.